Carnet de route 6 - Ho Chi Minh City - Hanoi

« Pour connaître un pays il faut le vivre, le manger, le boire et…le pédaler ! »

 
 
Itinra 1Jour 15 – jour 21 : HCMC - HCMC

Nous voilà expats à Saigon pour 1 semaine ! On profite de ce temps pour relancer notre recherche de sponsors car notre budget n’est pas encore bouclé et la fin de notre voyage est en péril. On s’attelle, on s’attelle. De longues heures à discuter et tergiverser sur les hypothétiques entreprises intéressées par notre projet. Tout y passe de l’idée la plus farfelue à des idées plus concrètes. On contacte les compagnies de ferry qui nous permettront de traverser la Mer de Chine pour rejoindre le Japon depuis Shanghai. On n’y croit pas trop mais on essaie ! Qui ne tente rien n’a rien, non ? La traduction de notre site en anglais devient aussi un impératif du coup ! On aimerait le faire mieux mais le temps ne nous le permet pas donc on utilisera Google translator. Appel à témoin si par hasard quelqu’un aimerait faire les corrections de la version anglaise c’est très volontiers !!! :-D Les emails pleuvent. Nous écrivons à différents clubs comme le Rotary ou le Lyons, des entreprises pulliéranes, des associations sino-japonaises et j’en passe ! Pendant 1 semaine, on se surprend à presque oublier qu’on est en route pour 10 mois. On est à la maison. Notre maison du moment. Cela nous rappelle un peu nos 3 mois à Berlin.

« Bon allez demain faut qu’on reprenne la route ! »… « Tu crois ? Oui mais faudrait encore….trier les photos du Cambodge, écrire le carnet de voyage, faire le montage vidéo de la Nouvelle-Zélande et… » Lââââcher prise…ça me rappelle bien les préparations d’exa à l’uni ! Réussir à se dire qu’on ne sera jamais à jour et jamais prêts ! :-D Bon ben certaines vont essayer. « Ok on part demain ! Mais on prend la côte (Highway 1 ou route de la mort avec beaucoup de trafic) ou la montagne (petites routes avec des bosses) ? »

On a déjà changé 3 fois d’avis au fil des rencontres. D’abord dans un café-glacier où l’on rencontre un français vivant à HCMC avec sa copine depuis quelques années qui nous recommande certains tronçons le long de la côte. Sympa d’avoir des tips « bouffe-street food » aussi ! On ressort avec une petite liste de trucs « bons » à manger écrits en viet et…le mot guesthouse en viet ! Indispensable pour trouver de quoi se loger en chemin. Ça ne sera donc pas marqué « Guesthouse » mais… « Nha Nghi » ! Il nous donne aussi son numéro de téléphone au cas où. Sympa le gaillard !! :-D

Notre deuxième rencontre on l’a fait en cherchant LE guide des routes idéales et parfaites pour tout bon cyclovoyageur. Chercher l’erreur… ;-) Hum…difficile à trouver, hein ? Les « Pedallers paradise » n’ont pas l’air d’être usités et publiés dans chaque pays. Faut croire qu’on doit faire notre propre route ! Bref…on entre dans une librairie qui ne semble éditer que des Lonely Planet. Il ne faut pas trop nous parler de Cycling Lonely Planet….c’est vraiment pas top pour rester polis. On rencontre le manager de HCMC, Minh Long. Allez savoir pourquoi, on ne peut s’empêcher d’entendre son nom façon 007 : « My name is Minh, Minh Long ! ». Après seulement 5 mois de voyage, et à deux en plus (on n’a pas d’excuse type « Seul au monde »), nos connections synaptiques nous jouent parfois des tours :-D Long nous conseille d’écrire à son boss à Hanoi qui a fait HCMC - Hanoi en vélo deux fois, une fois par la côte et une fois par la montagne. Parfait ! On lui donne aussi notre adresse en Suisse s’il veut y faire un crochet lors de son voyage de noce en Europe.

La troisième « rencontre » qui va ébranler un peu notre choix pour le tronçon montagneux est une employée de l’office du tourisme… :
- « Hum, on this road there are many robbers (voleurs) ! »
-    « ?!? Ok….euh but especially during the night ? Means what ? Dangerous ? Of course we would not cycle during the night. Better cycling in the morning ?»
-   « Yeah maybe. In the afternoon, it could be hot. »
Dans le genre dialogue de sourds on ne peut pas vraiment faire mieux ! On imagine des voleurs de Grands Chemins sur la route entre Hô Chi Minh City et Lao Bao… ça nous étonne franchement, le Vietnam paraît tellement safe. Bon ben on va demander à notre ami de la librairie. Celui-ci nous répond qu’il est persuadé que nous ne rencontrerons aucuns animaux dangereux en chemin…:-D

Ce n’est que plus tard, en parcourant un dépliant touristique sur la région de Dalat, qu’on découvre un descriptif des routes jalonnées de plantations de café et de plantations de….  « RUBBERS » des arbres à caoutchouc ! Ahahahahahah et oui après les hordes d’alpaga, la roue des rêves a eu peur des plantations d’hévéa !!!! Je vous dis 5 mois de voyage suffisent déjà pour titiller les connexions. Bon, c’est décidé ! On prend la route de la montagne !

Jour 22 : HCMC – Quang Trung – le premier cochon, 92 km

C’est parti ! La sortie d’HCMC se passe super bien. On prend des petites routes. Presque pas une moto. On a même croisé un gros cochon traversant tranquillement ! Ah, ça fait du bien de se remettre à pédaler. Cette fois pas de carte papier mais google map sur Sam. Dupont et Dupond ont découvert que récemment que le 3G n’était pas nécessaire pour utiliser notre carte une fois chargée. Vaut mieux tard que jamais ! :-D Oooups notre petite route semble se transformer subitement en…autoroute ! Et on ne parle pas de la Highway 1 mais bel et bien d’une autoroute où beaucoup de transports semblent être interdits !
Img 4288

L’alternative ? Un ferry ! Ben voyons fastoche ! Et hop, après quelques kilomètres pour rejoindre le port et 1 minute, on est à bord ! Tellement facile ! On n’a même pas le temps de réaliser que The Beast est sur le bac. Tout le monde reste sur son deux roues. Ça semble pas bien long cette traversée. Juste le temps de discuter un peu et d’être pris en photo. Inutile d’enlever lunettes et masque c’est bel et bien notre tandem qui raffle la vedette :-D

Plusieurs gargotes affichent des « Phở » - Phở bò, Phở ga, phở…Ça semble être ce que nous devons manger par ici ! Et hop un Phở bò (prononcé « feu bot »). Une bonne soupe avec des nouilles de riz plates, de la viande de bœuf et beaucoup de verdure. C’est tout un art (en tout cas pour nous) de préparer son Phở bò.

Comment bien déguster son Phở en 6 points :

1.     Tu t’installes sur les mini tabourets en plastique
2.     Tu reçois ta soupe de base qui contient nouilles, pousses de soja, oignon, viande crue (qu’il faudrait idéalement laisser cuir un peu mais, en conditions réelles, après 60 km de vélo…tu as la dalle !)
3.     Tu te passes les mains au stérilium… ou pas et tu choisis les herbes aromatiques et pousses que tu veux ajouter à ta soupe. Menthe, basilic, salade et d’autres herbes folles qui donnent un super bon goût !
4.     Tu condimentes avec piments ou sauces dont 2 à choix : une brune et une rouge. On n’en sait pas plus ;-)
5.     Tu choisis une belle paire de baguettes et une cuillère dans le bac que tu essuies avec une serviette
6.     Tu ajoutes une giclée de citron vert et c’est prêt ! Miam !!!!

Par contre, ce n’est certainement pas la « bonne » façon de faire. Pauvres petits suisses perdus avec leur Phở... On rigole bien en nous imaginant faire tout de travers. De un, on n’ose pas trop (on est suisses je vous l’avais dit !) essuyer nos baguettes et cuillère avec la serviette. On se dit : « Mouais mais ça fait un peu « catoillon » ou « fussy » de faire comme ça. ». C’est sûr, chez nous, essuyer les services dans un resto ça ferait un peu TOC !  Mais….si on observe bien, les vietnamiens le font tous ! :-D « Ben attend tu crois quoi, t’imagines toutes les mains qui sont passées là-dessus ! ». On est étonnés de voir tout plein de serviettes, morceaux de viande, citron, herbes joncher le sol. « Pire dégueux ! » diraient certains sur notre porte-bagage. Oui on n’a pas trop l’habitude (je sais pas pour vous ?) de jeter par terre ce qui a été utilisé ou ne nous convient pas. On le laisserait sur la table, à côté de l’assiette. Mais en y réfléchissant un peu mieux….c’est pas plus « propre » de manger sur une table rase et d’avoir des « déchets » à nos pieds qui sont, eux, de toute évidence, plus sales ou moins propres que nos mains ? :-D On ne va pas lancer le débat des poubelles de table « Ovomaltine » versus celles de sol. Mais quand même, une poubelle par définition jonche bien le sol, non ? Bref il n’y a pas de mieux ou de moins bien. Toujours est-il, que cracher son morceau de gras ou cartilage sur le sol semble bien plus « adapté » que de mettre ses doigts en bouche et de le déposer délicatement sur la table :-D On va clore ce paragraphe avec « Il faut voyager pour frotter et limer sa cervelle contre celle d’autrui» - Montaigne.

On profite de notre pause Phở pour regarder les enfants aller/revenir de l’école.
Img 4290

La journée s’annonce longue avec cette chaleur…38°C ! On s’asperge d’eau et on fait bien rire en enfilant des glaçons dans nos casques. « Hammock Cà Phê » ça vous dit quelque chose ? Le rêve ! Des cafés avec des hammacs ! Juste parfait pour les pauses de l’après-midi :-D

Img 4328Nos derniers kilomètres se feront parmi les plantations de café. La journée aura été longue et le panneau « Nha Nghi » nous décroche un beau sourire avant de nous engouffrer sur la petite route en terre qui nous y emmène.
Jour 23 : Quang Trung – Bao loc – les arnaques aux touristes, 115 km
Hum mais en fait c’est quoi ces « Nha Nghi » ? On ne sait pas trop si « tout le monde » va dans ces petites guesthouses ou si c’est seulement pour certains particuliers. Toujours est-il qu’on peut louer la chambre à l’heure et que vu l’état des draps…ils ne sont pas lavés souvent ! Mais on est tranquille et la famille qui tient la guesthouse est super gentille. Hier soir, ils nous ont même offert leur réchaud pour cuisiner. Du matos de haut vol(t), comparé à notre Optimus qui va bientôt rendre l’âme. ;-)
Après un bon petit déj, fait de riz sucré au Nutella, on se met en route. La matinée débute couci-couça avec beaucoup de circulation et des tronçons en travaux. Sans parler des bus qui roulent à tombeau ouvert. Ici le code de la route est toutefois suivi à la lettre ! Le hic, c’est qu’ils en ont tous un différent! Du coup la règle applicable est simple : la loi du plus fort ! Je klaxonne et tu te pousses… ça réveille les plus endormis et glace un peu le sang quand tu vois le chargement d’un gros camion vriller sur le côté lorsqu’il dépasse à une vitesse folle et se met en mode 2 roues. Les pauses seront multiples. Lorsque nous disons que nous allons à Dalat en « xe dap » (vélo), les gens nous prennent un peu pour des petits fous. Ils nous offrent des choppes de thé avec glaçons pour prendre des forces. Ça n’a pas l’air simple l’affaire… et ça se confirme ! Malgré notre engin « toutes vitesses », ce premier col vietnamien de 800m n’est pas une mince affaire ! On ne croise d’ailleurs pas beaucoup de vélos.
Petite halte non loin du sommet où l’entourloupe bat son plein. Notre petite marchande sait bien que les boissons qu’elles essaient de nous vendre sont assez précieuses à nos yeux pour qu’on y mette le prix. Habituellement, nous payons nos bouteilles d’eau ou de thé 7'000 dongs et là ce serait 25'000 pour 2 bouteilles… :-/ Plus on essaie de négocier et…plus le prix monte ! :-D Etonnant ! La sympathie n’est pas trop au goût du jour… Faut imaginer qu’on ne sort pas de notre voiture mais qu’on vient de se faire un col, pas bien haut certes, sous un cagnard avec pas grand-chose dans le ventre et on a soif…. Hum, on tend 15'000 dongs en disant que c’est le prix que l’on paie 10 km plus bas et là… notre marchande nous chipe 10'000 dongs de plus dans les mains ! Ouuuh ça on n’aime pas ! Heureusement qu’avec 1 observation on ne peut pas faire de généralités.
La nuit approche et on s’enfile dans la première Nha Nghi après notre col. Rudimentaire mais il y a de l’eau chaude et on rencontre un sympathique camionneur avec qui on communique…par dessins !

Img 4346

Jour 24 : Bao loc – Liên Nghia – Dupond et Dupont, 83 km

Bao Loc étant à 800m, la nuit a presque été fraîche ! 6h debout. 7h les prochains occupants de notre chambre attendent de pieds fermes. Ça reste un mystère ces Nha Nghi. Là, c’est un minibus qui vient d’arriver et dont les passagers prennent des chambres. Les dames sont dans une chambre affairées à se pomponner. C’est pas tout ça mais une journée tout en bosses nous attend pour rejoindre Dalat. Avant d’attaquer, il faut qu’on déjeune. Quelque chose qui tienne bien au ventre. Hum…dans un élan kamikaze certaines, plus motivées que jamais et après avoir lâché un « Parfait, on s’arrête là ! », filent voir ce qui se trame dans les casseroles et s’assoient. Et une fois le bol sur la table c’est qui qui se retrouvent à manger 2 bols de nouilles avec du « foie troué » ? :-D Ça sent la journée crackers…. Hier il nous a semblé que le marchandage était plus une histoire de femmes ! On va tester et mettre en pratique les talents de Madame sur un marché illico presto. Combien le régime de bananes ? Allez, j’en mangerais bien 4, disons 2'000 dongs. Je négocie le régime à 2'000 dongs, la marchande en veut 5'000 ! Ok, 4 bananes pour 2'000 ? Ok ! Ben parfait ! Easy Petzi :-D Ces bananes donneront des forces pour la suite. Bien que difficile, les paysages sont magnifiques. On s’émerveille devant les plantations de thé et de café. On croise une femme avec une chèvre en laisse et un chevreau dans une hotte sur le dos. Les enfants nous jettent des « Hello » à tout va. Après moult et moult hésitations et tergiversations sur le où et le quoi manger pour midi, Dupond et Dupont se retrouvent à cuisiner leur noodle soup. Vous me direz que c’est un comble quand on trouve des gargotes qui vendent des soupes à 1$ !

Dalat nous semble encore loin. On s’arrêtera 30 km avant dans une ville très très polluée. Les estomacs « homesick » de certaines auront de la peine à avoir faim. L’épicerie du coin fera bien l’affaire avec des Frosties, un yoghourt et…des crackers ! Faudra quand même songer à manger plus parce que vu les efforts que l’on fait dans la journée ça ne doit pas être terrible pour la récup… :-/

Jour 25 : Liên Nghia – Dalat – café au bord du lac, 36 km

Réveillés par le chant d’un oiseau ! Tiens, ça existe les oiseaux ? A nous, Dalat la belle ! On nous promet des fleurs, des fruits, un lac, moins de pollution…. P’tit déj : riz au choc. On devient un peu l’attraction de l’hôtel en cuisinant sous le porche. Dalat n’est qu’à 30 km mais de grosses bosses nous attendent, 10km de montée, 600-800m de dénivelé.

Au pied de la montée, on hésite entre 2 routes.  Le choix est vite fait ! Ce sera la route de droite. Evidemment, on s’engage sur celle qui est en travaux ! :-D Point positif : il y a moins de trafic ! Quelques camions par ci, par là, mais dans l’ensemble c’est assez calme. Comme on dit : « on ne change pas une équipe qui gagne ». Comme d’hab certains aiment bien monter à sec tandis que d’autres « bringuent » pour faire les recharges d’eau avant la montée… Résultat au milieu de la montée les gourdes sont vides et le dos est une piscine pour moustiques. 2-3 biscuits, quelques engueulades en bord de route et ça repart. Aaaah, on aime ça les vraies montées ! C’est marrant mais comme en course à pieds, il faut que ça grimpe ! C’est l’horreur ces faux plats….tellement durs pour le moral. On se demande sans cesse, si on a crevé ou si le frein à disque est serré… Là, on a une montée, une vraie ! On la savoure ! L’arrivée sur Dalat est superbe ! Un lac !!! Woaw !!! Un peu secs, on s’émerveille encore plus :-D Hum, on risque bien de rester quelques jours ici…

Jour 26 – jour 29 : Dalat – Dalat – les aléas du voyage

Ah ben on ne croyait pas si bien dire ! Réveil en catastrophe au milieu de la nuit. Direction les toilettes ! Notre bonne vieille amie la Tourista semble être de retour ! Elle nous manquait celle-ci. Cette fois, c’est plutôt l’équipe de choc : nausées et vomissements qui semble être au premier plan. Chouette ça change ! :-D C’est toujours un peu les mêmes qui sont malades…mais on ne citera personne. Solution de réhydratation, perenterol, et 1 jour au lit pendant que d’autres vont tester tous les boui-bouis du marché. Kamikaze le gaillard ! Non sans rappeler certains souvenirs et anecdotes de l’enfance, notamment une histoire de « je veux un logourt », j’entends et me rappelle : « Quand tu as la nausée, il faut manger ce qu’il te fait plaisir… » ! Ben là c’est des pastèques ou des pommes ! L’estomac devient vraiment « homesick ». On part dévaliser un supermarché ! Le fromage de chèvre à 180'000 dongs…hum on hésite mais non quand même c’est un peu cher. On se rabat sur du kiri, du pain, des pommes ! A force de dire que c’est toujours les mêmes qui sont malades ben la roue tourne….oups ! Mon kamikaze de mari se retrouve au lit :-/

On restera finalement 5 jours à Dalat. Pour recommencer en douceur, on testera une journée de scooter pour aller voir les chutes de l’éléphant. En chemin on se demande pourquoi les gens ont tous des kways. Ahahahaha c’est sûr que pour traverser les 20 km de pistes rouges c’est judicieux ! Les chutes sont magnifiques. Certaines les verront plus en photos qu’en vrai mais on passe les détails ;-)

Le scooter c’est sympa…mais on préfère notre tandem ! Ça va trop vite ! T’as rien le temps de voir. Il y a plus de vent, moins d’amortisseur, tu entends moins les « Hellos », on ne te fait pas de « pouces levés » par contre c’est beaucoup plus facile de faire des photos à l’arrachée et on se rend compte qu’avec nos efforts en vélo on en bouffe de la pollution… :-/ Dalat à 1600m est une jolie petite ville fleurie. On croise des tonnes de serres remplies de fleurs. Les spécialités sont la confiture de fraises, la tisane d’artichaut et les sorbets d’avocat. On fait un peu de pub, mais si vous avez envie de tester quelques galettes vietnamiennes il y a le resto « Dalat » justement, à Lausanne près du tunnel :-D « Homesick » on vous dit ! Sur pied et d’aplomb, on planifie la suite. A voir sur certains blogs, la route pour Nha Trang semble bien asphaltée et avec des « scenic views ». D’après notre calcul d’itinéraire, le dénivelé semble correct : 60 km  de bosses, 30 km de descente avec 1600 m de dénivelé négatif et 45 km de « plat ». Ça va être chaud mais ça peut le faire. Faut « juste » partir tôt !

Jour 30 : Dalat – Nha trang, 140 km

Après 5 jours de pause et de maladie, quelle bonne idée de se lancer dans 140 km de vélo ! Sans parler de « The Beast » qui bat la breloque avec ses 2 rayons cassés :-D Certains sont adeptes des « 1 jours de route / 1 jour de pause » ben nous c’est « 3 jours à fond/3 jours de récup »….ahahaha ! Vous l’aurez deviné, le départ est un peu tardif. Il est 9h…

Dès la sortie de Dalat, la route est magnifique. Pas un chat ! Ça fait du bien de pouvoir se parler. On avait oublié ce que c’était :-D On traverse des forêts de pins et des petits villages. Les enfants ne nous jettent plus des « Hello » mais semblent plus timides. Ils détournent leur regard et accélèrent en nous voyant. Quelque uns, plus téméraires, se retournent et parfois sourient avant de se faire tirer en avant par leur grand frère ou grande sœur. Etonnant ! Tout est paisible. Plus de klaxons. Le peu de camions ou bus que nous croisons nous dépassent tranquillement. On a l’impression de rêver ! On a presque envie de se pincer pour voir si ce que l’on vit est bel et bien réel. Des fruits, graines ou champignons sèchent au soleil devant les maisons. Le soleil brille et les couleurs ne sont que plus vives. On s’émerveille et on parle de plus belle sur notre tandem. A dire vrai, on refait tellement le monde qu’on en oublie de manger et pourtant ça bosse….

Oups alerte fringale ! Cela fait bien 4h qu’on roule et on n’est toujours pas au bout de ces 60 km entre 1500m et 1700 m. On n’a plus de compteur depuis Phnom Penh donc on ne peut se fier qu’aux quelques bornes en bord de route. On s’arrête pour cuisiner nos noodle soups et on repart en imaginant très fort une belle descente de 30 km pour bientôt… Ben, à voir, c’est pas pour tout de suite ! ça bosse et rebosse et rerebosse ! Ah cette fois, ça pourrait bien être le sommet du col ! Que nenni ! ça remonte ! Les gens que nous croisons semblent être assez impressionnés. Si ils ne le sont pas, on aime bien penser qu’ils le sont et ça nous encourage :-D

Cette fois, on y est ! On imaginait une échappée sur la mer mais non. A la place, on a une belle vue sur la jungle environnante ! Woaw on est vraiment au beau milieu de cette végétation ! On commence à peine à savourer notre descente lorsque….pfffff, on est plat ! L’as de la mécanique de l’équipe répart ça, ni une ni deux, et on repart. Bizarre parce qu’on n’a pas trouvé le coupable dans le pneu…. Hum peut-être que ça surchauffe un peu. On recrève 2 km plus loin ! Même endroit ! Toujours pas de trace du coupable ! L’hypothèse de la jante chaude semble être la bonne… On freinera dorénavant uniquement à l’arrière avec le frein à disque. Youpie, je peux participer ! :-D

Il est 16h et il nous reste 60 km…la nuit tombe vers 18h30. Ça va être chaud ! On  a prévu de prendre le train demain matin à 5h de Nha Trang pour rejoindre Hué. L’équipe est assez tronchue pour rouler de nuit et arriver à destination coûte que coûte ?
 Eh oui ! On se tapera donc 30 km de nuit ! Certaines, à l’arrière, rigolent plus que d’autres qui prient pour voir les nids de poule à temps. Ben quoi c’est chouette aussi de rouler de nuit ! « Never try, never know » comme dirait nos amis tuk-tuk. On s’arrête près d’un poste de police pour demander si ils peuvent nous pousser jusqu’à Nha Trang mais ils ne comprennent pas pourquoi on a peur de rouler de nuit. On explique que notre feu est cassé et n’éclaire pas. On repart avec une lampe torche ficelée à l’avant ! :-D Ce n’est qu’en chemin, après avoir croisés plusieurs vélos sans feux, qu’on réalise qu’on est des petits sirops !

Il est 20h quand on arrive à Nha Trang. Le dernier repas remonte à 5h, les bouteilles sont vides, les pattes sont tendues, le mal de fesse est présent et le moral…ben ça commence à faire pas mal ! Certaines disent stop et s’assoient sur le trottoir : « Faut que je fasse une pause et boive un truc sucré ! Parce que là, tu vois, ben ça commence à me tendre un peu ! On a roulé toute la journée, fait une mini pause en bord de route pour manger des nouilles, 140 km dans les pattes et j’ai l’impression d’avoir fusionné avec ma selle…». Le meilleur thé froid de ma vie ! On s’encourage et on repart car si on veut prendre ce fichu train demain matin à 5h ben faudrait pas être trop loin de la gare… :-D Va-t-on réussir à se lever aux aurores et s’enfiler 10h de train ?

Jour 31 : Nha Trang – Hué – Train, 2km de vélo

Nha Trang : la ville que nous aurons vu que de nuit ! Arrivés ET repartis de nuit :-D « The Beast » voyagera séparément. Elle prendra le convoi suivant. On teste les trains vietnamiens et on n’est pas déçus. C’est plutôt pas mal. L’option « soft seat » nous convient bien. C’est quand même assez long 10h mais on en profite pour faire le plein de beaux paysages et…de séries. On est parfois « sérievores » dans l’équipe. Arrivée à Hué en fin de journée. A nous la ville impériale !

Jour 32 : Hué – Hué « Hwayyyyy »

On décide de faire 2 nuits à Hué ! Ville culinaire et historique ! Que demander de mieux ! Il y a l’air d’avoir pas mal de choses à voir….hum…c’est tout le problème en vélo quand tu t’arrêtes ben…faut parfois se donner quelques coups de pieds pour repartir ou pour se lancer à l’assaut des sites touristiques. Héhéhé, on a trouvé le truc ! Comme à Phnom Penh, on se fait emmener par…cette fois ce ne sera pas un tuk-tuk mais deux motos taxi ! 3h pour faire 2 pagodes et un tombeau. Parfait ! Rendez-vous demain matin à 8h comme ça ben on se lève :-D

 Aujourd’hui on va chercher notre tandem qui devrait être arrivé à la gare. Petites appréhensions mais on est vite rassurés, « The Beast » nous attend de pieds fermes ! A nous la Citadelle ! Bien que largement endommagée par les bombardements américains durant la guerre du Vietnam, les quelques pierres restantes ont une âme. Certaines s’émerveillent, tandis que d’autres resteront fidèles, cœur et âme, à la civilisation khmère. Le soir, nos estomacs « homesick » nous emmèneront dans une pizzeria ! Délicieuse pizza ! Vraie mozzarelle et tout et tout ! Miam ça fait du bien !

Jour 33 : Hué – Hanoi – Train de nuit

8h on file rejoindre Truang et son ami pour notre tour en mototaxi. Après nous avoir emmenés déjeûner dans un super boui-boui où on mange le meilleur Phở  de la ville, on file voir une pagode au bord de la rivière. Magnifique ! C’est marrant, au début, ils voulaient nous emmener en campagne en mettant en avant le « Vrai ». On réalise qu’en voyageant en vélo ben ce « Vrai » on l’a tous les jours :-D Chanceux va !

La suite du programme, 2ème  pagode puis tombeau. On s’énerve un peu lorsque nous devons payer l’entrée au tombeau Tu Duc car sur notre guide l’entrée est notée à 55'000 dongs et on nous en demande 80'000. A force d’être arnaqués, on imagine toujours l’arnaque et ça en devient fatiguant. On voit bien sur les billets noté 55'000 alors on joue aux bobets et on ne comprend pas pourquoi on devrait payer plus cher. Réponse : « Foreigners » ou étrangers ! Ben ouais…on est des « visages pâles ». J’ai beau essayé de dire en rigolant qu’on est vietnamiens, ça ne marche pas vraiment et en plus ça ne fait pas rire…bon. On repart et on décide de ne pas cautionner cette ségrégation ! C’est pas une question d’argent mais de principe. Argh on a quand même envie de le voir ce satané tombeau alors on y retourne et on paie ! Mais c’est vrai que ce côté du Vietnam nous reste un peu en travers de la gorge :-/

Une fois à l’intérieur, on ne peut s’empêcher de se prêter au jeu et d’essayer des habits impériaux… Surprise ! On est pris d’assaut par une horde d’écoliers qui veulent faire des photos avec nous ! Chouette moment :-D Bon, le côté historique c’est fait ! On va tester le côté culinaire ! On mange des « bahn » des petites galettes de riz ! Un régal ! Il y a les bahn teo = galettes de riz gluant avec une effilochée de crevettes dessus, c’est froid, les bahn nam = même style mais eux sont chauds bouillant et sont dans une feuille de bananier! Celle-ci donne un goût bien particulier à l’affaire. Délicieux ! Notre séjour à Hué aura passé vite, il est 16h30 notre train part pour Hanoi, la capitale.
 
Jour 34 – 36 : Hanoi

Ahahaha le trajet en train fût assez épique ! 10h dans des sièges mous, comme pour faire Nha Trang-Hué, sauf qu’en trajet de nuit c’est vachement moins chouette. Difficile de dormir avec une lumière à coin. On est des petits naïfs, on imaginait qu’ils éteindraient les lumières ou au moins les baisseraient :-D On a beau s’enfiler sous la couverture, le marchand de sable a de la peine à passer !

On arrive en gare à 6h30 et à 9h on est dans notre chambre. Entrevu au passage qu’il y avait une sacrée animation au bord du lac le matin tôt. On décide de rester quelques jours à Hanoi pour préparer la suite chinoise. Le lendemain, à 6h…hop hop on va aller voir ce qu’il se passe au bord de ce lac ! Magnifique de voir la ville en éveil ! Il  y a toute une vie avant le travail par ici. On se rend assez vite compte qu’on prend le lac à contre sens. :-D Marche rapide, jogging, étirements, danse de salon, taï-chi, badmington avec filets improvisés, foot, on voit de tout ! Magique !

Je m’enfile dans un cours de « taï-chi dansant » sous les regards amusés de certains et de certaines participantes. « Woaw c’est trop cool ! Faut que t’essaies c’est trop cool ! ça fait un de ces biens :-D ». Ni une, ni deux, on trouve un groupe mixte et on s’y enfile. Là, ça a l’air d’être plutôt dans la gestuelle des poignets et des mains que ça se passe. Vu comme ça craque ça doit nous faire le plus grand bien. Tout se passe bien, on est bien contents d’être à l’arrière jusqu’à ce que….hop toute l’équipe virevolte d’un demi-tour ! Glurps on est en première ligne ! Ahahahahah bon on va se concentrer pour faire tourner ces poignets et ces mains de manière gracieuse… :-D

Plus tard en sortant d’un café, on fait une belle rencontre. Tiens un cyclo ! On avait presqu’oubliés qu’on n’était pas les seuls à rouler en vélo. Il a laissé son vélo le temps de faire un saut aux toilettes. On observe son chargement tout en se demandant d’où il vient, où il va, quelle langue il parle et en quelques secondes on arrive à savoir que c’est « un VRAI » celui-là !!! Il doit être suisse car il y a du « Bächli », peut-être francophone car son bâton est gravé en français « Corée du Sud », vu la crasse sur le vélo ça sent la piste et la montagne. Ça nous intrigue ! Dans tous les cas, c’est déjà notre « copain » ! On rencontre Chris ! De Préverenges, il arrive de Sapa ! Voyageur au long court, cela fait 2 ans et demi qu’il est en route. On a les yeux qui brillent et certaines sont très admiratives. En l’espace de 15 minutes, on apprend déjà qu’il lui en est arrivé des vertes et des pas mûres entre les attaques de chiens turkmènes et l’appendicite en Mongolie ! Son bike c'est Pui-Pui! On rigole bien en echangeant les noms de nos mascottes :-)

Il nous apprend qu’un ami à lui arrive demain à Hanoi avec un sac rempli de gruyère et de saucisson ! :-D Cela fait 2 ans et demi et il nous invite à partager ! Non, non on ne va pas lui manger son fromage, on est bien placé pour comprendre ce que c’est alors que cela fait seulement 5 mois…. On se donne rendez-vous pour manger ensemble le soir ! Quel plaisir cela fait de partager des histoires de voyage. En plus un romand ! Il nous dit qu’il a croisé plusieurs romands sur les routes. Un couple de la Tour-de-Peilz, un lausannois… Entre deux, on est évidemment allé jeter un œil sur internet pour voir son blog. Magnifique projet et magnifique site (www.allschoolproject.ch) ! Tout en modestie le gaillard :-D On parle de plein de choses, de voyage évidemment. Certains mots font briller les yeux de certains comme Kirghistan, Pamir highway…tandis que d’autres restent crochées sur la Corée du sud ! C’était avant les tirs d’aujourd’hui entre le nord et le sud… On parle blog, communication, trophées, médailles, Solidream, et les « grands noms » sortent comme Marthaler ou Mike Horn. Ou encore Freysinger :-D J’ai l’impression d’être une princesse entre deux aventuriers ! :-D On parle du voyage à deux versus en solo, de passer de voyageur solitaire à en tandem ou avec une femme. C’est différent. Hum il me semble entendre certaines choses déjà entendues comme la grande hospitalité des pays musulmans, qu’il ne faut jamais commencer à boire avec des chinois, qu’en Ouzbékistan on essaie de te marier :-D On découvre aussi que les choses changent vites, les frontières s’ouvrent plus au tourisme et les incontournables de l’époque ne semblent plus être ce qu’ils sont. L’hospitalité  devient monnayée. Moi je vous dis, le Cambodge c’est maintenant ou jamais ! ;-) Il trouve que l’on a du courage d’être en tandem !  Et moi qu’il en a sacrément pour voyager seul ! Quelque chose me dit que je risque de bien repenser à certaines choses qu’il nous a dit sur la Chine quand on y sera….Notamment : « La Chine c’est comme le Cenovis… tu n’arrives pas vraiment à savoir si tu l’aimes ou pas ! ». Justement la Chine c’est pour demain !
Img 4861 001

Commentaires (5)

1. Arlenevak 22/07/2017

Absolutely NEW update of SEO/SMM package "XRumer 16.0 + XEvil 3.0":
captchas breaking of Google, Facebook, Bing, Hotmail, SolveMedia, Yandex,
and more than 8400 another types of captchas,
with highest precision (80..100%) and highest speed (100 img per second).
You can connect XEvil 3.0 to all most popular SEO/SMM software: XRumer, GSA SER, ZennoPoster, Srapebox, Senuke, and more than 100 of other software.

Interested? You can find a lot of demo videos about XEvil in YouTube.
See you later!


XRumer20170721

2. Arlenevak 22/07/2017

Revolutional update of SEO/SMM package "XRumer 16.0 + XEvil 3.0":
captchas breaking of Google, Facebook, Bing, Hotmail, SolveMedia, Yandex,
and more than 8400 another subtypes of captcha,
with highest precision (80..100%) and highest speed (100 img per second).
You can connect XEvil 3.0 to all most popular SEO/SMM software: XRumer, GSA SER, ZennoPoster, Srapebox, Senuke, and more than 100 of other software.

Interested? You can find a lot of impessive videos about XEvil in YouTube.
Good luck ;)


XRumer20170721

3. DorothyMoG 19/07/2017

Revolutional update of SEO/SMM software "XRumer 16.0 + XEvil 3.0":
captchas breaking of Google, Facebook, Bing, Hotmail, SolveMedia, Yandex,
and more than 8400 another types of captcha,
with highest precision (80..100%) and highest speed (100 img per second).
You can connect XEvil 3.0 to all most popular SEO/SMM programms: XRumer, GSA SER, ZennoPoster, Srapebox, Senuke, and more than 100 of other software.

Interested? There are a lot of demo videos about XEvil in YouTube.
See you later ;)


XRumer20170718

4. Zeller 20/07/2014

Eh, bien ça fait longtemps que je ne vous avait pas lu, le temps passe trop vite, même quand on fait pas du vélo et la vie de grand-maman que je suis est passionnante aussi, mais quel plaisir et quel dépaysement toutes vos aventures, je pense bien à vous qui je pense êtes bientôt de retour, je vais lire la suite un autre jour. Amitiés. Anne-Marie

5. sandell (site web) 18/04/2014

J'ai adoré !!!

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau