Japon 2ème partie

Kyushu

Carte japon 2bis

Jour 79 : Misaki – Beppu - Arrivée sur Kiushu - 43 km

Un déjeuner japonais ? C’est avec plaisir et curiosité qu’on découvre une multitude de petites assiettes. Woaw !!!! Bien qu’un peu difficile d’imaginer avaler des petites sardines entières de si bon matin, nos yeux partent dans tous les sens.

Img 7345Sans parler de la gentillesse de nos hôtes ! Les petites incompréhensions liées à la langue ne font qu’ajouter une pluie de sourires :-) L’hospitalité et la grande gentillesse des japonais ne cessent de nous surprendre. Bien que l’on soit dans un ryokan, où nous allons payer notre nuit, on ne sent pas le sourire commercial.  On est chouchoutés comme à la maison. D’ailleurs elles ne vont pas nous laisser partir comme ça….bien que l’on débarque de nulle part avec notre engin de guerre, il semblerait que l’on ait besoin d’une escorte pour aller au port (qui est à 200m). « Have you reservations for the ferry ? » Des…  « Whaaaaat ?!! » des réservations ça existent ??? Eh oui l’équipe est à l’arrache. Malgré la nature plutôt beaucoup planificatrice de certaines, on apprend à vivre au jour le jour. A planifier pas plus loin que le lendemain ou les heures qui suivent. Quel pays se prêterait mieux pour voyager ainsi que le Japon ? Tout est facile…. On a toujours un petit rictus qui se lève lorsque l’on voit l’effet de The Beast sur les gens. En expliquant dans quel transport nous pensons monter ou où nous voulons aller…. bien souvent leur visage passe de l’étonnement à l’angoisse avant de finir par l’estime et le sourire ! Savoir ces deux cyclos « p’tits suisses » ne pipant pas un mot de japonais les laisse songeurs et ils se demandent bien comment ils vont se débrouiller pour acheter un billet…. A dire vrai, on se le demande aussi parfois !!!! Mais bien souvent, c’est plus facile lorsque nous ne parlons pas la langue locale ou lorsque l’anglais est inexistant. A coup de gestes et photo, on y arrive presque toujours. Au pire, The Beast passe pour une moto et on reçoit un retour d’argent en montant sur le ferry (même en ayant montré la photo au guichet).

Après avoir reçu 1kg d’orange, pris 2-3 photos nous filons au port ! Lors de la séance photo, nous remarquons une fois de plus que l’espace interpersonnel est important au Japon. Certaines doivent un peu contenir leurs envies de serrer cette équipe dans les bras.

Img 7367

Cette traversée en ferry se passe comme une lettre à la poste. On en est à notre 3ème. 1h30 plus tard, nous débarquons sur l’île de Kyushu. Il est 10h du matin et on profite de ce soleil matinal pour faire sécher quelques-unes de nos affaires détrempées par la pluie torrentielle d’hier. 4h plus tard Dupond et Dupont sont toujours au port… Le fond de nos sacoches gaugeant dans l’eau, nous voilà obligé de TOUT sortir. Il est donc 13h lorsque nous quittons le port de Saganoseki l’estomac mi plein, rempli par une soupe d’un distributeur… Le restaurant à 5 mètres ne nous a sauté aux yeux malheureusement que 5 minutes avant de partir….

Beppu n’est qu’à une quarantaine de kilomètres. C’est parti ! Une belle piste cyclable en bord de mer avec un profil montagneux qui nous rappelle…notre lac Léman.

Img 7382








« On est en mode tour du lac aujourd’hui ? »











Beppu est réputée pour ses onsens (sources d’eau chaude pour ceux qui ne suivent pas… !). Avec ses 3000 sources d’eau chaude, on parle de la ville la plus géothermique du monde ! En tous cas, on confirme que ça a l’air assez actif sous nos pieds aux vues des fumerolles qui planent en permanence sur la ville ainsi que l’odeur de soufre qui nous entoure. Ça nous rappelle un peu Rotorua en Nouvelle-Zélande.

Dans un premier temps, on file au… Starbucks ! Oui, on use et abuse un peu mais c’est le meilleur endroit pour avoir un bon wifi. Au programme : liste mariage ! Oui, il paraît qu’on se marie le 20 septembre… Quelle idée !? D’ailleurs, cette fois on va essayer de ne pas la perdre cette liste… Pas comme le plan de table élaboré minutieusement dans un camping kiwi… (Ne vous inquiétez pas, on trouvera tout de même où vous placer :-D).

Avant de planter notre tente, hop, on file dans le plus vieil onsen de la ville….  Img 7391Dans le quartier rouge ! Ou devrais-je plutôt dire « rose » tant les enseignes lumineuses colorent les rues. Surprenant de tomber sur un quartier chaud. Pas dans son existence, car toutes les grandes-villes en ont finalement, mais plutôt de voir quelque chose en lien avec le sexe au Japon. On l’avait presque oublié celui-ci, tant il est caché dans ce pays où la sexualisation est quasi inexistante. Là où, chez nous, nous mettrions des enseignes publicitaires avec un homme ou une femme dénudée, ici, ce sont des mini nounours qui ornent les affiches. De grands enfants… Par contre en entrant dans n’importe quel « 7eleven », la pornographie trône bien visible sur des étals près des toilettes. Le contraste est assez étonnant.

Nous voilà toutefois baignant dans un vieil onsen où les douches sont inexistantes… Ben… il faut se laver avec l’eau du bain commun. Chouette… Surtout quand on n’a pas vu la sortie d’eau « propre » qui remplit le bain… Certains se débrouilleront un peu mieux que d’autres ! 100 Yen l’entrée, on ne fait pas dans la dentelle (ou si justement) et chacun amène ses produits évidemment. Pas de séparation entre vestiaire et salle du bain, juste un escalier qui descend au bassin. L‘atmosphère, la « vieillitude », le vétuste de l’endroit rappellent un peu les bains Gellert de Budapest pour ceux qui ont testé. Dans de tels contextes,  il est toujours surprenant de voir comme les corps nus semblent très bruts.

Nous finirons dans un parc public pour une douce nuit. "Entre le baluchon sur l'épaule, le bain public vétuste et maintenant le parc...c'est la cerise qui finit l'équipe !". On se sent vraiment "sans domicile fixe". En suivant les blogs cyclos, on voit que certains vont même jusqu'à camper dans le coin sans-aris à Tokyo. Nous, on ne poussera pas jusque-là.


Jour 80 : pause pluie à Beppu – Onsen privé et spot incroyable avec pieds chauffant – 15 km

 
Img 7404




C’est au milieu d’un parcours de swing-golf que nous nous réveillons ce matin !

Ah ils nous étonnent ces japonais ! Après avoir vu passer une coureuse de bien 60 ans à plus de 15 km/h (non, non je n’exagère pas), c’est maintenant un groupe de retraités qui préparent leur parcours de swing-golf et avec arbitre je vous prie ! Tu m’étonnes qu’ils vivent longtemps cette équipe ! Nous rencontrons Motosaka – 80 ans (on lui en donne 60). Après avoir échangé deux trois mots sur notre voyage et surtout sur notre nuit dans le parc, il nous invite à boire le café chez lui !  Certains sont étonnés, en revenant des toilettes et alors prêts au départ, que l’on va boire le thé ! :-D C’est ça la richesse du voyage au long cours : l’imprévu et la flexibilité !









En arrivant, sa femme a l’air heureuse de voir débarquer ces deux petits suisses à l’improviste ! Hop, hop, 1-2 portes se ferment, un petit coup sur la table et on est installés au salon avec un coup de… thé (on n’est pas en Valais je rappelle au passage) ! On a l’impression que notre hôte nous a invités pour faire partager notre voyage à sa femme. Etonnant ces octogénaires qui apprennent l’anglais, reviennent d’une croisière Vancouver-Alaska et partent bientôt pour une autre en Europe de Rome à Madère en passant par le Maroc. Ils sont très très étonnés de découvrir que nous sommes en route pour… 1 année ! « Woaowww, I envy you ! You very very happy ! ». 1 année de voyage n’est pas possible au Japon… En tous cas dans toutes nos idées reçues… :-) (on rencontrera plus tard un cyclo japonais en route pour 1 année). Toujours est-il que nous aussi nous serions très très heureux d’être aussi en forme qu’eux dans… (rapide calcul)… 46 ans ! On explique nos travails respectifs ainsi que la possibilité de changer plusieurs fois d’employeur en Suisse. On est loin du « 1 travail – 1 vie » à la japonaise. Nous repartons avec un petit tissu de soie rose servant à emballer (furoshiki)… Certains sont un peu moins enthousiastes que d’autres à « rajouter ça à notre poids de bagages ».

Img 7409
Vers 11h, on prend la route pour Yufuin, enfin, on essaie ! 2ème faux-départ… A peine 4 km plus loin, la pluie nous surprend de plus belle. Bon ben il y a des jours comme ça… On a repéré un spot « camping au sec » près d’un coin « pieds chauds ». Sorte de petite guérite ouverte avec un banc et des « Tenshoseki » - des pierres chaudes naturelles ! Unique en son genre au Japon. Je vous laisse imaginer le spot de rêves pour ces bons vieux cyclos détrempés… un peu moins pour les touristes de passage qui « dégustent » un peu l’odeur des pieds…. (ce qu’on ne dira pas c’est que l’endroit est légèrement pris d’assaut par nos affaires rêvant de sécher…). On installe la tente juste en face sur une scène à l’abri.

Img 7421Img 7441

Reste plus qu’à trouver un onsen avant de se faire des petits spaghetti. Onsen ? Vous avez dit « onsen » ? Je crois qu’il sera difficile de le battre celui-ci. A seulement 500m de notre campement, un beau complexe avec des onsens privatifs ! La classe ! Un petit bassin en pleine nature rien que pour nous. On imagine volontiers avoir une salle de bain extérieure de ce type dans notre future maison ! :-D

Jour 79 : Beppu – Yufuin – 25 km

On profite de la matinée ensoleillée pour faire, encore et toujours, sécher nos affaires ! C’est reparti pour l’étalement « duponesque » sur les pierres chaudes…. On arrive même à faire sécher les chaussures cette fois-ci. On a l’impression d’être considérés comme 2 énergumènes. Mais n’y a-t-il pas de quoi ?

Avant de (re)prendre la route pour Yufuin, on fera une petite halte au bain de vapeur pour pieds et jambes. Dans un premier temps, il faut mettre nos pieds dans des caissons, sorte de guillotine à jambe…
Img 7478

 






« Nom de bleu, ça chauffe cette vapeur ! ».













On ne fera pas très long. Les plus téméraires de l’équipe testeront la deuxième partie consistant en un bain d’eau… bouillante. C’est sûr que lorsque l’on trempe son orteil directement à la sortie de la source d’eau chaude ben c’est un peu plus chaud que dix mètres plus loin.

Img 7489

Il est midi, quelques 30 kilomètres, dont un col, nous séparent de Yufuin. La journée sera magnifique avec une alternance de prairies vertes pétantes (nos premières prairies japonaises), de pinèdes et pour couronner le tout de rizières. Yufuin semble être un tout petit village… touristique ! En se baladant… en vélo dans ses ruelles, on a comme une impression de déjà-vu. « Mais ? On est à Gstaad ? ».

Après un rapide tour de ville, on file en direction du lac et de ses nombreux onsens. Grande première, cette fois-ci, on va tester un onsen… mixte ! Dupond : « Euh, mais tu es sûr que c’est mixte en fait ? ». Dupont : « Au pire c’est un onsen réservé aux femmes vu que 2 dames viennent d’en sortir ! ».

Porte en bois, aucun code de couleur bleu ou rouge, nous nous enfilons à l’intérieur. Et surprise : pas un chat. Parfait, on a notre onsen pour nous. Certaines feront moins les malines lorsque 20 minutes plus tard, 6 gaillards envahiront le lieu. Heureusement que certains veilleront au grain. On notera quand même que pas un seul regard embarrassant n’aura troublé notre bain.

2ème question de la soirée : mais où va-t-on camper ? En fin de journée, en « rentrant du travail », en plus du « on mange quoi ? » il y a le duo « on dort où ? » et « on se lave ou pas et où ?». Après plusieurs hésitations (trop de choix tue le choix), on décide de mettre la tente devant le onsen puis après déballage c’est finalement de l’autre côté du lac que nos sardines semblent vouloir être plantées. Hé oui, il parait que parfois l’indécision prend une certaine place sur notre porte-bagage, enfin surtout sur la selle arrière. Un joli clair de lune accompagnera notre souper avant de nous accompagner dans les songes.

Jour 80 : Yufuin – Aso- 78 km

-         « Mais c’est incroyable ! Un musée Chagall ! »,

-         « Quoi ? Un chacal ? »

Petite pause-café, petite expo, quelques cartes postales, de quoi bien démarrer la journée. Direction le Mont Aso avec paraît-il quelques petites montées sous forme de col… :-/ Mais à entendre certains, c’est et je cite : « une journée facile ». On va le croire !

Ce n’est que vers 19h que nous arrivons (enfin) à Aso. Easy petzi la journée, je vous assure. Ça commence par quelques montées abruptes dès la sortie de Yufuin. 2-3 méchantes bosses plus tard, on pense avoir essuyé les premières vraies côtes de notre profil, mais… que nenni ! Elles devaient être trop insignifiantes pour apparaitre sur la feuille que nous avions dans les mains…

Après 3h30 d’effort, nous comptons seulement 35km au compteur au sommet du col. Mais quelle récompense ! Une vue magnifique sur les volcans ponctuera cette belle descente sur Aso. Après un rapide coup d’œil sur une carte de la gare de la ville, on vise et on pointe le complexe 21 : piscine et spa ! On choisit l’option piscine pour cette fois car quelques longueurs ne feront de mal à personne! Certains sont surpris de devoir acheter un bonnet pour pouvoir passer l’entrée. Une piscine couverte de 50mètres, 8 lignes d’eau et… 3 nageurs ! Magnifique ! On décide de camper non-loin du complexe. On a plaisir à observer le balai des locaux se rendant au onsen. Bassine ou panier rempli de produits, lingette sur l’épaule, on y va en famille. Une dame se propose même de me donner 2-3 produits en voyant mon simple sac de jute. On aurait presque cru qu’elle allait me donner sa bassine entière.

Jour 81 : Aso – Nagasaki – 144 km

Img 7756140 kilomètres nous séparent de Nagasaki. Contrairement à hier, notre journée débute par 35 kilomètres de descente en… 1h ! Wooaw, ça file. Quel bien ça fait. « The Beast qui bat la breloque » a de nouveau ses ailes. On se retrouve en un temps trois mouvements sur le ferry reliant Kumamoto à Shimabara. On est à notre 4ème ferry japonais et on adore ça ! Nagasaki semble se faire désirer. On a droit à une succession de bosses et de tunnels. On hésite presque à dormir à 20 kilomètres car la nuit approche. Finalement c’est de nuit que nous arrivons à Nagasaki. Cette ville semble immense et nous avons de la peine à imaginer une bombe atomique la rendant à l’état de poussière en 1945.

Après un petit souper au bord du fameux pont à lunettes (on se demande encore pourquoi il est si fameux), on part à la recherche d’un endroit où camper. Nous qui venions de dire qu’il est très simple de trouver un parc public pour planter sa tente au Japon, ben… on se ravise. C’est dans l’enceinte d’une école technique, sur du béton, que l’on dormira ce soir.

Jour 82 : Nagasaki – Karatsu 118 km

4h30, le jour se lève et l’équipe avec. Réveil un peu mouvementé par le passage d’un « Yakusa » pour certainEs et le postier faisant ses livraisons pour d’autres. On ne peut quitter Nagasaki sans se pencher un peu plus en détail sur les bombardements qui mirent fin à la deuxième guerre mondiale. 9 août 1945, une bombe au plutonium explose à 580 mètres d’altitude au-dessus des 240'000 habitants de Nagasaki. Provocant la disparition instantanée de toute habitations sur une 700 mètres carrés et la  mort instantanée de 75'000 habitants.

Beaucoup de chiffres qui ne peuvent résumer l’atrocité et la douleur qu’a traversé cette ville. En quittant Nagasaki, nous croisons notre premier cyclo au Japon qui restera un mystère car nous l’avons vu trop tard pour pouvoir nous arrêter. Serait-ce le lausannois dont on a entendu parler à Beppu lors d’une discussion avec un touriste de passage ? Mais d’ailleurs qu’est-ce qu’ils ont tous à voyager en vélo ces lausannois ?

On entame notre plus belle journée de route sur Kyushu. Notre route serpente le long de la mer et nous offre de belles échappées sur les îles avoisinantes. Quelques petits soucis techniques ombrent légèrement le tableau... les mains de certains sont « en cloques » ! Avec les multiples variations de terrain et la gaine du câble des vitesses qui est grippée, les changements de vitesse se font au forceps. J On ne demandera pas notre reste pour faire une halte dans le prochain magasin de vélo croisé en chemin.  C’est avec une étrange sensation de neuf que l’o repart, après un changement éclair de la gaine. Une constante semble subsister à travers monts et marée : l’antipathie des vélocistes ! Ils ne semblent toujours pas nous considérer comme des « vrais » et ne se gênent pas de nous prendre de haut. « Ben quoi ? Tu as pas mis ton maillot fluo de pro ? ». CertainEs se réjouissent d’enjamber le tandem de route au retour et d’en choper plus d’un autour du lac ! Na !  Toujours est-il que les « vrais », eux, ils nous saluent sur la route… à méditer ! Plusieurs kilomètres plus tard, c’est sur une plage proche de Karatsu que nous nous échouons pour la nuit.

Jour 83 : Karatsu - Fukuoka – 69 km

Destination du jour : Fukuoka. Dupont : «  Fukuoka ? Mais… en fait on y va pourquoi ? » Dupond : « Ben, je sais pas… on Fukuoquoi à Fukuoka? ». Peut-être que si on savait pourquoi on est là, cette ville nous attirerait un peu plus. On s’attendait à un Yufuin en plus grand et rempli de onsens à tout va. On est loin du compte. On sent ici l’air de la grande ville et surtout du business : cravate, talons, costumes et consorts.

On file à l’office du tourisme pour obtenir quelques infos (on y croit toujours ou en tous cas on veut y croire). 30 minutes plus tard, on a le nom d’un onsen en dehors du centre touristique et pour lequel on nous conseille de prendre… le bus. The Beast devrait rester sur le carreau ?! A nouveau, on mesure le gouffre qui nous sépare des clients usuels, les touristes traditionnels. On s’étonne toujours un peu quand la personne en face de nous trouve « loin » les 2 kilomètres qui nous séparent de l’endroit conseillé alors qu’on vient de lui dire que nous avons fait 30 fois plus de kilomètres rien qu’aujourd’hui pour arriver dans son office. Bref…

Un havre de détente avec 5 bassins intérieurs, 3 extérieurs, un sauna, un hammam, un bain suédois et des Yukata nous attendent! Je retrouve un mari relaxé et bien emballé dans son kimono d’été au milieu de l’espace commun détente. Quel bien cela fait pour nos muscles. Encore une fois, c’est dans un parc public que nous passerons la nuit.

Jour 84 : Fukuoka – Shinmoji – 89 km

Objectif de la journée : Shinmoji où nous prendrons notre 5ème ferry en direction d’Osaka. Après seulement 2 km, il commence à pleuvoir. Nous qui voulions prendre les eaux ce soir, ben c’est déjà de bon matin qu’on a les pieds dedans. La pluie ne nous lâchera pas de la journée. Une nonantaine de kilomètres sous des trombes d’eau, ben je vous assure, ça fripe ! C’est détrempés qu’on entre dans un petit bar à nouille à midi. A nouveau, la gentillesse japonaise nous surprend. Ben oui, on ne s’y habitue toujours pas. Nous sommes accueillis avec de forts sourires et grandes serviettes pour nous sécher, enfin du moins essayer…

La deuxième partie de la journée ne sera que meilleure. Vent de face et toujours pluies torrentielles. C’est le nez dans le guidon que certainEs se réfugieront. Et après quelques coups de pédale de bouc, on entend pour la première fois du voyage : « Arghhh ! J’en ai marre de ce tandem ! ». 10 mois en tandem… reliés l’un à l’autre par un bout d’aluminium… Courageux diront certains :-), insensé pour d’autres, naturel et évident pour nous ! On a toutefois quand même parfois pensé faire de belles « échappées » sur un vélo seul comme dans des cols par exemple et encore plus quand on se fait dépasser par des cyclistes.

A 17h, nous embarquons sur notre 5ème ferry japonais en direction d’Osaka. La traversée durera 13h. La classe ultime ! Cette fois on a choisi l’option tatami commun et on se retrouve avec une pièce presque rien que pour nous.

Et surprise, deux étages plus haut, qu’il y a-t-il ? Vous l’aurez deviné : un onsen pardi ! Que demander de mieux : une chambre et un bon bain chaud.

Demain nous arriverons à Osaka ! Partie finale de notre périple japonais :-)

Img 7684

 

 

 

Commentaires (4)

1. DorothyMoG 18/07/2017

Absolutely NEW update of SEO/SMM package "XRumer 16.0 + XEvil 3.0":
captchas solution of Google, Facebook, Bing, Hotmail, SolveMedia, Yandex,
and more than 8400 another subtypes of captchas,
with highest precision (80..100%) and highest speed (100 img per second).
You can connect XEvil 3.0 to all most popular SEO/SMM programms: XRumer, GSA SER, ZennoPoster, Srapebox, Senuke, and more than 100 of other programms.

Interested? There are a lot of introducing videos about XEvil in YouTube.
See you later ;)


XRumer20170718

2. BHW (site web) 08/04/2017

It is in point of fact a nice and helpful piece of information. I'm satisfied that you shared this helpful information with us.
Please stay us informed like this. Thanks for sharing.

3. BHW (site web) 02/04/2017

I used to be suggested this web site via my cousin. I'm now not positive whether or
not this submit is written through him as no one else recognize such distinct
about my trouble. You are amazing! Thank you!

4. Zeller 24/07/2014

Quelle différence avec la Chine, en fait chaque pays à sa culture et c'est très intéressant, merci

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau