Carnet de route 7 : Hanoi - la Chine !

Carte 1

Jour 37 : Hanoi – Kép – 61 km – Dernière Nga Nghi

C’est parti, on quitte Hanoï. On garde en mémoire les paroles de Chris sur la Chine… Certaines appréhendent un peu, tandis que d’autres se réjouissent comme des petits fous. Faut dire que la Chine ne peut que rappeler le voyage Lausanne-Pékin de 2008. Aaaah j’en ai entendu parler de la Chine :-D C’est certainement aussi pour ça que j’ai hâte de la découvrir. Avant la frontière, il nous reste quelques kilomètres… 195 km ! Il est 10h30… Ce ne sera pas pour aujourd’hui. On a décidé de zapper la baie d’Ha Long et de passer par la frontière plus au nord : Dong Dang (Vietnam) – Pingxiang (Chine). Contre toute attente, on a bien fait ! Les premiers pics karstiques ou pains de sucre apparaissent et ne vont pas nous lâcher de sitôt !!! La route quant à elle n’est pas très intéressante : beaucoup de camions, de la poussière et des travaux…

La nuit approche et rien ne nous garantit de trouver une Nha Nghi dans la prochaine ville. On voit le panneau tant attendu et on s’enfile dans le petit chemin de terre.Img 4903


     -  « Woooo ! Tu crois qu’on teste ? »… 

     - « Euh ben c’est spécial il n’y a pas de fenêtres, enfin si mais pas de vitres… et la façade tôle ondulée… euh… mouais »

    - « Allez ça va être sympa ! »

    - « ?ç**%& ?!!? »

La gentillesse des gens vaut de l’or ! La chambre est rudimentaire et c’est cher… 170'000 dongs. Ça sent fort l’entourloupe. Bon, faut dire qu’on prend la chambre pour la nuit, ce qui n’est pas coutume en ce lieu… La tente jonchera sur le lit ;-) On fait notre petite cuisine sur le balcon face aux rizières et au soleil couchant. Magnifique ! La nuit sera mouvementée… Entre les cris d’un cochon qu’on doit gentiment taquiner de temps en temps, la fumée des brûlis qui s’engouffre dans la chambre sans vitres et le coq réglé sur 3h48….tout y est sauf notre sommeil ! Hum je sens que l’humeur sera au beau fixe demain matin.


Jour 38 : Kép - Langson – 114 km – on s’approche de la Chine

Img 4869Good bye Vietnam ! Cette fois, on la passe cette frontière ! Juste encore une petite négociation de dernière minute en voulant payer la chambre. Il est 10h, les prix doublent, c’est bien connu ! :-D En donnant un billet de 200'000 dongs  pour payer nos 170'000, au lieu de nous rendre 30'000, on nous demande 140'000 dongs de plus ! Il semblerait que 170'000 c’était pour 12h et que nous ayons légèrement dépassé notre temps dans ce haut lieu… Donc on leur devrait 340'000 au total au lieu des 170'000 convenus…  

Ahahahah après moult tergiversations, certains arrivent à descendre à 250'000 dongs… et là….la femme entre en jeu ! « Bancho, xedap, kêt hôn….blablabla » et les poches se retournent, signe de peu de sous ou sur la paille l’équipe ! Suivi des mots de certains : « Special discount, no tourist, friends, xedap ! xedap ! »….On y arrive, enfin ! 200'000 ! On lâche quand même 30'000 dongs de plus que ce que nous aurions dû payer. Ça ronge un peu l’équipe, mais c’est la dernière entourloupe vietnamienne. Le mari vient nous serrer la main pour avoir tenu tête à sa femme et toute l’équipe sourit, nous y compris. S’en suit des questions sur nos âges. Sidération générale lors des réponses. Eh oui l’éternelle jeunesse, ça existe vous ne saviez pas ? « Baby face » a toujours 18 ans !

C’est pas tout ça mais on a 135 km à faire. Nous réalisons qu’à peine 1 km plus loin nous aurions trouvé d’autres Nha Nghi à foison… On fera mieux ce soir !

Nous passons des zones industrielles qui crachent une fumée douteuse. Certaines font dans le gris-noir, d’autres dans le jaune. Avec le brouillard ou les nuages bas, on ne sait plus trop ce qu’on respire ! On se rassure quand même en voyant que des gens habitent ici et survive depuis plusieurs années. On devrait donc s’en sortir pour aujourd’hui ;-) ! Nous sentons la frontière lorsque nous dépassons une file interminable de camions à l’arrêt sur le bas-côté. Ça pourrait bien être la file d’attente pour passer en Chine, non ? On devra attendre demain pour le savoir car l’équipe se casse un peu les pattes dans les bosses du coin. Il semblerait que nous
n’avons pas une forme olympique ces jours. On s’arrête à Lang Son, dernier bled avant la frontière.                       

Jour 39 : Langson – Ningming (宁明) – 75 km – Les pains de sucre

20km nous séparent de la Chine. Hop hop hop, on est impatients ! Ce sera notre 3ème frontière terrestre. Le passage des frontières est toujours intéressant. Chose étonnante : on a l’impression que durant les derniers kilomètres dans le pays que nous nous apprêtons à quitter, les gens redoublent de sympathie envers nous comme si ils voulaient nous empêcher de partir ou nous laisser une certaine nostalgie de leur pays.

A peine passé la frontière… la différence est frappante ! Sans parler du douanier qui en contrôlant notre passeport nous demande en anglais où l’on va, si on y va en vélo et nous lâche un : « By bike, it’s so cool !!! »). On arrive dans un jardin, un petit parc avec une arche de pierre et des inscriptions chinoises ! On a dû payer quelque chose ? Non, non, on a juste passé la frontière. The Beast devient vite l’attraction ! Et je remarque que mon mari poilu aussi !!!! Hum je comprends mieux pourquoi il est tellement fan de la Chine ! Il a toutes les p’tites chinoises à ses pieds !!! C’est un « hansdome » par-ci, un « handsome » par-là ! La vedette est définitivement volée, la « baby face » peut aller se ranger J Après de nombreuses photos avec TOUTES les personnes côté chinois, on reprend la route. La plupart des gens viennent voir la frontière mais ne la passe pas ! Direction Nanning. On a repéré (certaines plus que d’autres ;-) le signe chinois correspondant à la ville de Nanning (南宁), le deuxième signe nous fait penser à un kangourou assis sur sa queue. Et c’est parti pour la Chine !

Img 4987La route est magnifique. Les pains de sucre seront notre paysage du jour. Bien qu’en alternance avec des champs de canne à sucre, ils ne sont jamais très loin ;-) On fera une première halte à Pingxiang pour changer de l’argent ou en tout cas essayer. Cela nous prendra 2h pour trouver une banque qui accepte nos visages pâles. Après de nombreux essais infructueux, la Bank of China nous donne quelques précieux bouts de papiers, des yuans. Bon c’est mieux qu’en Nouvelle-Zélande, à Hot Water Beach, haut lieu touristique, où on ne voulait pas de nos 6 cartes suisses ! Ensuite, on s’enfile dans un resto car l’équipe a faim. Surprise, la carte est en viet et en chinois ! Ben mince… ce sera un Pho… :-/ Nous qui nous réjouissions de changer de nourriture… c’est râpé (comme un bon gruyère, ach !)!

On arrive en fin de journée, vers 18h à Ningming (il y a 1h de décalage avec le Vietnam). Hum, va-t-on trouver où dormir ? Ahahahaha mais quelle question saugrenue, on est dans une ville chinoise ! Si à Pingxiang les hôtels s’appelaient tous « hôtel international », ici ça semble moins frappant. On s’enfile dans un bâtiment qui ressemble tout à un hôtel à en voir les clims extérieures. Bingo ! Woaw cela fait 3 mois qu’on n’a pas eu un « vrai » lit avec duvet, double oreiller, salle de bain ! On est dans les standards européens mais en mieux !!! :-) C’est propre ! « Euh tu te rends compte ! Les draps sont… PROPRES ! » Hop on saute sur le lit et quel bien ça fait de s’enfiler sous la couette! On retrouve tous les plaisirs d’enfant :-)

Jour 40 : Ningming (宁明) -  Ban Li (Banlixiang) (坂里) – 70 km

Pffff meilleure nuit depuis longtemps ! Pour 25.- on peut dire que le rapport qualité prix est bon ! Et… il y a un p’tit déj ! Hop ! Je vous ai dit que mon mari mangeait… de TOUT ! Ben ça se confirme ! Ici, le p’tit déj se fait avec des sortes de pains ronds (bao zi) ou rectangle fourrés! Ils se ressemblent tous alors pour reconnaître celui ou ceux qu’on aime bien, après dégustation, on se fie à l’étage. Sauf que… ben ils changent d’étages les coquins ! Bref ce sera une surprise à chaque fois ! Les plus téméraires goûtent et refilent ceux qui sont « bons »  à ceux d’en face :-D Yummi ! Le meilleur est celui à la réglisse (ou mélasse noire ou aux marrons, on ne sait toujours pas...). On laissera celui au pavot. Certains aiment bien ceux à la confiture tandis que d’autres les trouvent un peu « tournés »… La boisson qui accompagne le tout est… du café, du thé ? Que nenni ! Du lait de soja chaud, peut-être en poudre, on ne sait pas ! Hum pas évident d’avaler ça lorsque les lactases sont à peine réveillées… :-D Sinon il y a aussi de très bonnes nouilles, du riz évidemment, des œufs cuit durs et des légumes. Il est 11h30 quand on quitte notre hôtel. 190km nous attendent pour rejoindre Nanning. En 2 jours ça devrait le faire ? On verra.

Img 5023 001Les routes chinoises sont pleines de surprises… comme les pains du p’tit déj ! Nos premiers km sont « bumpy » autant dire qu’on est extrêmement contents de nos suspensions (et de notre corne ;-)) ! Ça saute dans tous les sens. Certaines sont bien contentes d’avoir opté pour « l’option tandem » :-D La grande différence avec le Vietnam est le trafic ! Seulement quelques camions, voitures, bus, tuk-tuk, scooters, buffles… ces derniers sont de loin les plus impressionnants ! Et du coup… on peut se parler ! On batoille toute la journée. Parfois, les discussions deviennent un peu animées et, entre la gestion des bosses et les arguments à l’arrière, certains ont du fil à retordre. Les rencontres font le bonheur de la journée. Comme cette halte à midi dans un petit village. On utilise (pour l’instant) beaucoup nos mains… le langage non verbal reste très présent ! On a enregistré quelques phrases dans notre application « Google translator » du style : « nous sommes suisses », « où trouve-t-on un hôtel », « combien cela coûte » ou « on aimerait manger des nouilles »… C’est bien connu les chinois mangent des nouilles ! C’est comme en Suisse on mange des fondues ! Ahahahah faut imaginer la scène : deux petits suisses qui débarquent dans ce petit village au milieu des pains de sucre (pic karstiques) avec leur incapacité à communiquer et qui sortent leur smartphone où il est écrit en chinois : « J’aimerais manger des nouilles ». Réponse du grand-papa qui tient la boutique : des quick noodle soup comme celles que l’on a dans nos sacoches ! Une mini Gerber pour 1 personne ! C’est parfait ! Il nous propose de nous asseoir et nous amène de l’eau. Assez vite on devient l’attraction locale et les gens du village passent à tour de rôle voir cette équipe de « laowai » (étrangers). Au Vietnam, on était de Nouvelle-Zélande (essayer de prononcer New Zealand et Switzerland… hum… ça se ressemble et avec notre drapeau néo-zéalandais sur le vélo ça n’aidait pas) et ici ben c’est « Australia ». On a beau dire « rui che, rui che » suisses, suisses, la petite qui a vu les kangourous sur notre vélo et qui parle anglais n’en démord pas : ils sont australiens ! :-D On rigole bien !

Img 5017 001A chaque arrêt, on pourrait passer 1 heure à « discuter » avec les gens que nous croisons. Comme lors de l’achat de 2 bouteilles d’eau, on a failli repartir avec « Yami » sur notre porte bagage. Certains chinois sont coquins et farceurs. Une maman « menaçait » son petit garçon de 2 ans de le mettre sur notre porte-bagage jusqu’à Nanning. Ben, vu sa réaction, ça n’avait pas l’air d’être le rêve !!!! Je ne sais pas comment vous faites ? Quelques kilomètres plus loin, on croise nos premiers cyclos chinois, un couple ! Ils viennent de Nanning justement. La fille est impressionnante ! Elle roule en robe rose !!! Woaw, je ne sais pas comment elle fait… Ils nous parlent d’un tronçon pas terrible mais on n’a pas vraiment réussi à comprendre où… on verra !

Malgré notre départ très tardif de 11h30 et la route plus que « bumpy », on arrive à destination : Ban Li. La ville est assez poussiéreuse mais il y a un hôtel. Nous n’avons pas croisé le moindre « visage pâle » depuis Hanoi. Ce qu’on a par contre toujours de la peine à accepter depuis le Vietnam, c’est le brûlage des déchets ! On pensait que ce serait fini en Chine, mais non ! En bons p’tits suisses, ça nous surprend quand les monticules de déchets jonchant le sol suite à la journée de marché sont simplement balayés, mis en tas et brûlés. La rue se transforme alors en champ après bataille. Les dizaines de feu jalonnant la route dégagent une bonne odeur de PET brûlé. On file dans notre chambre et malgré la forte humidité, on y dormira comme des loirs.

Jour 41 : Ban Li (坂里)  – Nanning () – 120km – Nancy

6h30 debout, départ 8h30 ! Pas mal… :-D Objectif : avoir fait la moitié des kilomètres à midi, c’est-à-dire 60 km. Si la route reste aussi défoncée que celle d’hier, ce n’est pas gagné ! Surprise, un magnifique asphalte nous attend !!! Alors ça change ! On retrouve notre vitesse et The Beast ses ailes. Dupont et Dupond réalisent en chargeant les sacoches avant de partir que… notre roue arrière légèrement voilée touchait le patin de frein à chaque tour de roue et ce depuis Hanoï !!! Ceci ne devait rien arranger. Nous avons donc roulé, hier, 75 km sur une route toute en cabosses avec une roue freinée ! C’est costaud, hein ?

Le temps est grisâtre. Ça sent la pluie. Heureusement que quelques pains de sucre apparaissent dans le lointain pour déclencher quelques sourires et remotiver les troupes. Les pommes et mini mangues achetées au marché de Ban Li nous ravitaillent de plus belle. Nous traversons des champs et des champs de… canne à sucre ! Des camions chargés nous dépassent régulièrement en direction de l’usine sucrière qui, de toute vraisemblance, ne doit pas être loin. Il paraît que le taux de sucre diminue rapidement après la coupe.  On s’arrête vers 12h30 à Shanxuzhen pour tester une « soupe de nouilles » dans LA gargote de la ville. Délicieux ! Bonnes premières impressions gustatives ! La cuisine chinoise semble : fraîche minute, diverse et riche en saveurs ! On vous rassure, il y a quand même quelques morceaux de viande qui restent à ce jour non identifiés ;-) Une demi-heure de pause et on se remet en route. On croise notre 2ème cyclo ! Un coréen parti pour 1 année : Vietnam, Thaïlande, Malaisie, Australie et Brésil au programme. Serait-ce un signe pour filer en Corée du sud après nos kilomètres japonais ? Qui sait… affaire à suivre de près ! On est quelque peu perturbés quand notre ami coréen nous dit que Nanning est encore loin… 200km !!! « Whaaaaat » diraient certains ??? Heureusement que Google map ne se trompe que rarement et c’est bien 50km qui nous séparent de Nanning. On a entendu que certains décrivent les kilomètres effort plutôt que les kilomètres effectifs, mais ça ce n’est pas trop notre façon de compter ou bien on a juste rien compris à ce qu’il nous disait…

Une bonne « roille » nous rince juste avant d’entrer dans la ville. Le taux de particules fines chute alors pour notre plus grand plaisir ! A Nanning, c’est Nancy qui nous accueille (toujours via le réseau Warmshowers). Prof d’anglais à l’Université de Guangxi, Nancy habite sur le campus depuis une bonne dizaine d’années. Héhéhé on va tester une vie d’étudiants chinois :-) On se ferait un plaisir de présenter notre voyage aux élèves de sa classe mais malheureusement on tombe pendant la semaine de vacances. Le soir nous testons le fameux « Dog Hall ». The place to eat ! Une halle avec plusieurs gargotes en tout genre. Tout paraît bon et tellement propre... Nos yeux s’écarquillent lorsque nous voyons que les baguettes sont emballées dans du plastique et les pailles données avec…  une pince !!!! Ça nous change du Vietnam ! ;-) Nous partagerons le petit mais cosy appartement de Nancy pour quelques jours. Son énorme carte de la Chine qui orne un des murs de son salon fait rêver. Elle nous raconte les aventures de certains cyclos qu’elle a hébergé dont quelques « fous » qui ont traversé la Chine d’ouest en est en partant d’Urumqi… Ahahahah et voilà un de ces spécimens qui est assis dans le salon ! A l’entendre dire les cyclos qu’elle a rencontrés ne semblaient pas trouver ce tronçon incroyable : port de masques indispensable à cause des mines de charbon et moral au bas fixe tant la traversée du désert est monotone. Quant à lui, mon aristochat de mari, ne portait pas de masque et me décrit ce tronçon avec les yeux qui brillent en 3 mots : désert, solitude et autoroute ! Tout est relatif… et subjectif !

Jour 42 : Nanning – Nanning - Sur un campus chinois…

« Mi casa es su casa »… Oups on se sent tellement bien chez Nancy que certaines se rincent les dents à grandes eaux du robinet !!! Aïe… 

On consacre notre journée de pause à écrire nos carnets de route et voyage, a essayer de bichonner The Beast et notre site ainsi qu’à regarder les gens qui passent.

Les femmes chinoises sont belles ! Je ne me prononcerai pas sur les hommes. Il semblerait qu’ici, contrairement à ce que nous avions pu apercevoir en Asie du sud-est, le modèle de beauté occidental n’est pas tendance. On sent moins le « plus tu es blanc, plus tu es sexy ». Ce qui reste sûr par contre, c’est qu’en Asie globalement les gens se protègent très bien du soleil. Que ce soit pour garder une peau clair, pour avoir moins chaud ou pour se protéger des rayons nocifs, une chose est sûre, leur peau est mieux protégée des rayons UV nocifs. Crème solaire ? Que nenni, on n’en trouve point ! Tant mieux car elles contiennent des agents carcinogènes. Ils portent facilement chapeaux, cagoules, foulards, parapluies et vêtements longs. Ici, il semblerait qu’aucune prévention contre le cancer de la peau ne soit nécessaire. Qu’en est-il dans les faits ?

Pourquoi les occidentaux ont-ils tellement envie d’avoir une peau hâlée? Quand on sait que le soleil est le premier responsable du vieillissement et du cancer de la peau (et vu les campagnes de prévention, on ne peut plus vraiment dire qu’on ne le sait pas), on peut se demander pourquoi nous continuons à nous exposer au soleil ? Quels sont nos critères de beauté ? Chez nous, lors d’une belle journée ensoleillée, on a de la peine à s’imaginer sortir habillés en long, couverts des pieds à la tête. Et ce n’est pas une question de température. Alors, impact de la mode ? Quelques questions qui resteront en suspens.

En fin de journée, Nancy nous invite pour faire un massage… des pieds ! Et comme ça commence par un lavage en bonne et due forme de ces derniers, nous ça nous plait vraiment bien ! Ça fait des semaines que ça sent de la semelle dans le coin. Ce qui est sûr c’est que le bain au gingembre revitalise. On aura même eu droit en sus à un massage tonic et percutant du dos ! CertainEs en porteront encore les stigmates pendant quelques jours. Massage chinois, vous connaissez ? Toujours est-il que les pieds sont ressortis plus détendus que jamais. La journée se termine par une nouvelle quête de la meilleure gargote du dog hall !

Jour 43 : Nanning (南宁) – Binyang (宾阳县) – Mr. Li

On reprend la route après 1 jour de pause à Nanning. Notre départ est légèrement différé car The Beast a un petit souci de chaîne. Les chemins des derniers jours lui ont valu de beaux amas de boue ! Les quelques kilomètres qui nous séparent du magasin de vélo me font vite réaliser que je serais bien incapable de pédaler pour deux plus longtemps… En effet c’est la chaîne qui nous relie qui a rendu l’âme. C’est assez particulier à voir. Imaginez un grand gaillard barbu à l’avant qui ne pédale pas et une petite nana à l’arrière qui donne des coups de boucs et qui crie pour changer de vitesse. Eh ben oui sur un tandem les vitesses sont… à l’avant ! :-D

On part à 11h30 pour 90 km tout en bosses. Nancy nous avoue que rares sont ceux qui partent si tard. Généralement ce sont des départs de cyclo vers 6h30. Les derniers à être partis à 11h sont 3 mecs (car un était retourné chercher son linge favori oublié dans la ville précédente mais je vous passe les détails). Bref la route sera longue ! Et surprise… il pleut ! On est contents cela fera moins de pollution à respirer :-D Les paysages sont assez grisouilles et les bosses sont effectivement présentes. Nous sommes lundi 7 avril et c’est le jour de retour de vacances pour les habitants de Nanning. On le remarque assez bien car on se croirait sur une autoroute à contre sens :-O

Binyang sera notre halte pour la nuit. On se demande par moment si nous allons y arriver. Les grands sourires et pouces levés rythment notre route et nous encouragent. On va faire une rencontre étonnante. Ça vous est déjà arrivé de rêver ? Sur un vélo pendant 6h, on a le temps de rêver, je vous assure. Parfois pour ne pas dire souvent, on va piocher plutôt dans le bas de la pyramide de Maslow et ce sont des rêves très simples qui ressortent. Genre : « je mangerais bien un booooon steak ! ». Rêvons l’impossible ?

Img 5105

 


On rencontre Mr. Li – 26 ans – Binyang. On est suivi depuis quelques minutes par un petit gaillard qui semble bien intéressé par notre attirail peu ordinaire. Au bout d’un moment, il se met à notre hauteur et nous parle… en chinois ! Malheureusement on ne parle toujours pas chinois :-/ On ne peut lui répondre que par de grands sourires. Après un joli bal de « je te dépasse, reviens derrière, sur le côté, te parle en chinois », on s’arrête. Mr. Li ne parle pas anglais, Dupont et Dupond toujours pas chinois ! Ça sent le dialogue de sourds… mais que nenni ! Il fait plusieurs téléphones et finalement nous passe quelqu’un qui parle anglais. « We are from Switzerland. Dinner ? Yes ! » Mr. Li nous invite à manger !

 

Il nous escortera jusqu’à Binyang. On débarque dans un quartier qui pourrait bien se transformer en Pigalle dans quelques heures. On devient vite l’attraction. On est un peu surpris lorsqu’une horde de petites nanas du café d’en face courent vers nous en criant non pas « Paaaaatriiick !» mais des trucs en chinois. A dire vrai, elles n’étaient que 4 mais cela suffit pour faire tout son effet. Elles veulent nous offrir un café mais nous sommes les hôtes de Mr. Li qui est justement en train de nous préparer un thé ! Puis, tout s’accélère ! On fait une dizaine de photos avec elles, pouces et doigts levés, dans tous les sens, avec et sans The Beast, avec et sans Julie (?!) (Aaah les effets de la barbe…), dedans, dehors et j’en passe. Puis elles repartent aussi vite qu’elles sont arrivées.

Aparté : « Tout ce que nous rêvons est réalisable. Alors exigeons l’impossible » eh ben, Eugène, tu ne crois pas si bien dire.

10 minutes plus tard elles reviennent avec… deux assiettes recouvertes de cloches en argent ! On nous fait asseoir comme des princes à une immense table l’un en face de l’autre. S’ajoutent au tableau 2 saucières en argent, pardi. Et là, chacune d’elles se mettent d’un côté et les cloches se lèvent…

     -  « Wooooooooooaw ! »

Un STEAK !!!! Un énorme steak !!!! Avec des haricots et des patates ! On n’en croit pas nos yeux !

     -  « Mais c’est fou ! J’en rêvais tout à l’heure ! »

Toujours avec les yeux écarquillés, on commence à manger. En y repensant, on se dit qu’on n’a pas réussi à bien extérioriser notre joie. Montrer qu’on était « happy ». Pour les chinois cela semble très important de nous rendre « happy ». On est restés un peu pantois. En état de choc en fait. Faut imaginer qu’on a  affaire à une équipe bien sèche, crasseuse et toujours mouillée après 90 km tout en bosses et sous la pluie !! Sacré Mr. Li !!! Et ce n’est pas fini ! Faut lire la suite :-D

Img 5095Pendant notre steak, un ami de Mr. Li parlant anglais débarque. Il nous demande si nous avons un endroit pour dormir ce soir et nous propose l’hôtel d’à côté. Ça nous va bien (on est assez fatigués et 3 m jusqu’à l’hôtel semble de l’ordre du possible). Les chambres sont dans les 70 yuans nous dit-il, mais il va aller voir si c’est bien. 5 minutes plus tard, il revient avec la carte de la chambre. Mr. Li nous offre la nuit car il nous aime bien et aime bien notre voyage ! « Whaaat ?! » dirait certains. Ben, on est bouche bée ! Ils espèrent que la chambre va nous convenir. Leur gentillesse suffit déjà à elle seule. La chambre est parfaite et ils nous donnent 2h pour nous reposer avant de les rejoindre pour manger. « Manger ?! » CertainEs qui se sont habituées à se nourrir de crackers et de quelques nouilles sont déjà plus que rassasiées :-D 

Superbe soirée ! Nous rencontrons plusieurs amis de Li avec qui nous discutons finalement peu à cause de notre incapacité à parler chinois. Il a envie de nous rendre « happy » et ça lui suffit. Certaines ont même la chance de recevoir un cadeau supplémentaire ! Après brochettes de porc et « quelques » bières, on change de crémerie pour un bar spécialisé dans les cafés. Un peu étrange de débarquer à l’étage dans une petite chambre karaoké remplie d’hommes éméchés et fumant comme des pompiers… On sent qu’ici il ne faut pas trop refuser les verres qu’on nous propose ! On ne fera pas long car l’ami avec qui nous sommes voit bien que ce n’est pas trop notre truc et s’en trouve un peu embarrassé :-) On descend donc accompagné du patron qui nous offre des cafés. Lequel choisir ? Quand on nous tend la carte en chinois et que l’on hausse les épaules en voulant dire qu’on n’y comprend rien : ils nous la donne quand même, persuadés que nous arriverons à lire ! On doit vraiment passer pour des illettrés ! Cette soirée aura été une occasion unique de pouvoir échanger sur nos différences culturelles. On apprend notamment que il serait considéré comme impoli de refuser le premier verre ou de refuser la première nourriture proposée (même si on la fini pas). Leur préoccupation est de nous rendre heureux et de ne pas nous importuner d’une quelconque manière. Une multitude de codes de société se cachent derrière ces faits et nous ne sommes vraiment qu’au soubresaut de leur apprentissage. Au cours de la soirée, nos hôtes nous ont rappelé plusieurs fois que si nous étions fatigués, ils pouvaient nous ramener rapidement à notre hôtel. On aura compris un peu tard que c’était une stratégie pour certains d’eux de pouvoir aller eux-mêmes se coucher. Car ici l’invité décide unilatéralement de la fin de soirée. On les libère vraiment fatigués, mais c’était très intéressant et captivant ! Oups !  

 

Commentaires (4)

1. Arlenevak 22/07/2017

Absolutely NEW update of SEO/SMM package "XRumer 16.0 + XEvil 3.0":
captcha solving of Google, Facebook, Bing, Hotmail, SolveMedia, Yandex,
and more than 8400 another subtypes of captcha,
with highest precision (80..100%) and highest speed (100 img per second).
You can connect XEvil 3.0 to all most popular SEO/SMM programms: XRumer, GSA SER, ZennoPoster, Srapebox, Senuke, and more than 100 of other software.

Interested? You can find a lot of impessive videos about XEvil in YouTube.
See you later!


XRumer20170721

2. Arlenevak 22/07/2017

Absolutely NEW update of SEO/SMM package "XRumer 16.0 + XEvil 3.0":
captchas breaking of Google, Facebook, Bing, Hotmail, SolveMedia, Yandex,
and more than 8400 another categories of captcha,
with highest precision (80..100%) and highest speed (100 img per second).
You can connect XEvil 3.0 to all most popular SEO/SMM software: XRumer, GSA SER, ZennoPoster, Srapebox, Senuke, and more than 100 of other software.

Interested? There are a lot of impessive videos about XEvil in YouTube.
Good luck!


XRumer20170721

3. Arlenevak 22/07/2017

Absolutely NEW update of SEO/SMM software "XRumer 16.0 + XEvil 3.0":
captchas breaking of Google, Facebook, Bing, Hotmail, SolveMedia, Yandex,
and more than 8400 another size-types of captcha,
with highest precision (80..100%) and highest speed (100 img per second).
You can connect XEvil 3.0 to all most popular SEO/SMM programms: XRumer, GSA SER, ZennoPoster, Srapebox, Senuke, and more than 100 of other programms.

Interested? There are a lot of impessive videos about XEvil in YouTube.
Good luck ;)


XRumer20170721

4. Zeller 21/07/2014

Super intéressant le passage en Chine, nous avons une belle-fille chinoise et après 8 ans on a pas encore tout compris, on en a fait des gaffes!!!!! Super l'histoire du steack.
Amitiés et merci1650

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau