Carnet de route 1 - Pully - Madrid


Suisse -  Sens-sur-Seille : jour 1 – 127 km – Jour de départ – Ferme Waber - Forme : début de « loup »

Le grand jour est arrivé ! Après les derniers au revoirs et 2-3 photos pour le journal 24H nous voilà en route. France & Robin nous accompagnent pour ces premiers km jusqu’au pied du col de Jougne ! 1er col…on teste notre poids…pfiou on est lourd ! Mais ça le fait, en tout cas à cette altitude…on n’ose pas imaginer le même col à 4’500 m…Petite halte sandwich au sommet et on repart. La route est encore longue jusqu’à Sens-sur-Seille où nous sommes attendus pour la nuit. Les parents d’Edgar nous suivront pour quelques jours et nous offre un petit ravitaillement en route, la classe ! Au 80ème kilomètre la pluie commence à tomber…hophophop on enfile k-way, protège- casque, pantalon imperméable, on est paré et on teste déjà le matos ! Quelle chance… :-D Il est 18h, il nous reste encore 1h de route…comme on dit plus on est proche du but, plus cela devient difficile…et ça l’est ! L’envie de retrouver l’oncle d’Edgar ainsi que toute la famille est plus grande que notre fatigue, on pédale et pédale de plus belle ! Ah quelle joie d’arriver ! Et quel accueil ! Encore un peu « sonnés » par cette 1ère journée, on a l’impression de rêver. On débarque dans un petit coin de paradis ! La ferme est faite de briques rouges, typique du coin. La convivialité et les produits de la terre sont à l’honneur. On s’y sent bien et on y resterait volontiers plusieurs jours… :-D  Après le repas, on sent la fatigue du premier jour pointer le bout de son nez et bien qu’on aimerait encore discuter et partager autour de la table….on se retire dans nos appartements pour une nuit bien méritée.

Sens-sur-Seille - Démigny : jour 2 - 50km – Départ ferme Waber – 1er camping sauvage Forme : bonne

Départ de la ferme Waber pas trop tôt....vers 15h30....après avoir pas mal hésité pour le choix de l'itinéraire on opte pour partir vers le nord et éviter Chalon-sur-Saône! 1ère nuit de camping sauvage au bord d'une rivière à Démigny, arrivée un peu tardive vers 19h donc vite monté le camp, vite soupé et vite dodo!

Démigny - Palinges : jour 3 - 86 km –– 1ère crevaison - Forme : mal à la hanche

Réveil matinal...pfiouuuu qu'est-ce qu’on ne dort pas bien sous tente ! :-D Multiples réveils en cours de nuit...bien que pas grands bruits aux alentours! L'habitude de s'endormir en lisant n’est pas terrible... les bras restant en dehors du sac de couchage et impliquant un réveil en milieu de nuit à cause du froid...:-( à adapter ou pas et il faudrait dès lors inventer un sac de couchage avec bras intégrés :-D

Hophophop on se lève et on déjeune, croissant et pain au chocolat! On donne rendez-vous aux parents d’Edgar vers 13h et on commence à suivre le canal du midi. C'est une voie verte à vélo (piste cyclable) joli et pas de voiture ! :-D Testé une nationale en se trompant de route...vraiment pas fait pour les vélos ! 3 pistes et des camions....on a fait 100 mètres et demi-tour illico-presto ! :-D Notre 1ère crevaison...les pneus increvables ont crevés :-D "rebletzé" l'affaire et c'était reparti. Le soir 1er camping PAS sauvage au camping du lac de Palinges. Super tranquille et joli. Douche chaude et bons haricots au bœuf sauté Haldimann :-D Forme physique : un peu mal à la hanche....

Faune : Une limace squatte ma "schlapp" pendant la nuit….

Palinges - Artaix : jour 4 - 50 km – 1er camping en sur l’aire naturelle d’Artaix – Rencontre avec un groupe de septuagénaire en péniche – Forme : Hanche douloureuse, pédalage à un pied, je déclipe par intermittence et met mon pied sur la barre

Une limace squatte mon casque cette fois-ci ! On hésite à rester 2 nuits mais finalement on prend le départ quand même le matin (enfin vers 11h....le temps de se lever, se doucher il y a de l'eau chaude alors on profite, déjeuner et plier tout le matos...) et c'est reparti pour les petites routes vertes en plein milieu de la campagne et au bord des rivières. C'est calme mais les paysages varient pas beaucoup, il y a beaucoup de bosses et les vaches sont.....blanches, des Charolaises! Aaaaah on en a marre de ces Charolaises...Charolaises et encore des Charolaises....tiens une vache brune....on risque bientôt de changer de paysage! On s'arrête à midi pour une soupe maison de Baulmes près d'un magasin de vélo, on doit encore trouver une sacoche pour l'appareil photo. 1er camping sur une aire naturelle au bord d'un petit lac avec deux péniches. On devient vite l'attraction "locale"! Une des péniches comprend un groupe de 10 amis club photo de 70-90 ans en vacances… super sympas! Ils nous racontent qu'ils étaient aussi venus camper ici il y a longtemps, que certains ont fait la Nouvelle-Zélande en 1 mois de camping et que pour un son rêve de l'époque était de faire du tandem...peu probable de croiser notre spécimen « TwinTraveller » blanc flambant neuf à Artaix...un petit bled perdu dans la Saône et Loire :-D On distribue nos cartes de visites et on en prend quelques-uns sur notre porte-bagage....! 

Artaix - Boën/Marcoux : jour 5 - 76 km – Rencontre de Caroline & Stéphane – 1er Dream Hosts

Nuit meilleure, presque bien dormi ! Après avoir testé nos deux tentes 1,5 place versus 3 places, on opte pour cette dernière !  1 place et demi c'est vraiment trop serré...pour 3 semaines ok mais 10 mois....! Là c'est parfait on peut mettre toutes nos sacoches dans la tente et on a plus d'espace :-D

Départ vers 11h pour Baulmes pour certains et pour d'autres la route continue vers Boën. On met les lunettes de soleil en partant :-D le ciel est un peu gris, il devrait pleuvoir mais on est bien équipés! On prend de nouveau les petites routes de campagne, on roule pas si mal malgré un peu de douleurs à la hanche.

Halte à midi dans une boulangerie où on se requinque en mangeant pizza, Vienne en cage, quiche lorraine....on est très légers pour reprendre la route :-D On croise plusieurs vaches brunes!!! Définitivement fini avec les charolaises :-D On décide de dormir dans une auberge cette nuit pour accéder à internet, trier les photos et dormir sur un bon, un VRAI matelas!!! :-D mais à cette époque de l'année les auberges, gîtes ou hôtels ouverts sont plutôt rares....on se retrouve vers 18h dans le village de Sail à chercher un endroit où dormir....après avoir zieuté puis éliminé le camping du bled qui ne semble plus fonctionnel depuis belle-lurette et se compose de 6 personnes résidantes assez louches, puis hésité à demander pour camper dans le jardin d'un EMS et on demande finalement à une dame qui sort d'une école si elle sait où on pourrait dormir cette nuit....pas grand-chose dans le coin....elle nous invite chez elle !!!

1ère rencontre - 1ers hôtes ou "dream host" : Caroline et Stéphane, 2 enfants Cléo (14 ans) et Lili (10 ans) sont aussi partis en vélo 6 mois au Laos, Thaïlande et Cambodge, ils viennent de rentrer il y a 2 mois!!! Lui est fils d'agriculteur, elle enseignante. Ils habitent dans un petit bijou de maison qu'ils ont retapé eux-mêmes perdu au milieu de nulle part. L'extérieur est en pierre comme un mas de Provence et l'intérieur est plein de couleurs (chambres verte, orange, bleue et salle de bain rose et verte!). Douche chaude, apéro, repas, on est nourrit, logé et presque blanchit ! Nous leur offrons notre saucisse de Baulmes et un fromage de chèvre Waber. Ils nous racontent leur voyage en Asie à vélo. Les enfants n'ont pas envie d'aller se coucher...tu m'étonnes! Album photos, carte du Cambodge, tout est sorti :-D On est les bienvenus et on sent que l'on pourrait rester longtemps ici, à Marcoux, mais il est plus sage de reprendre la route le lendemain malgré la pluie attendue....

Marcoux - Le Puy-en-Velay : jour 6 - 130 km dont 80 km en voiture – Gentillesse de Stéphane

Aaaaah une nuit sur un matelas :-D On déjeune avec Stéphane qui se propose de nous amener un bout en voiture en direction de notre prochaine étape Le Puy-en-Velay qui est à plus de 100km. On sent que Stéphane a plaisir à parler de notre voyage et qu'il partirait bien avec nous! On convient qu'il nous pousse de 50km mais finalement on roule on roule il pleut il pleut ça grimpe ça grimpe. La gentillesse de Stéphane transforme ces kilomètres de grisaille en sympathique discussion au chaud !  " Ah je vous pousse encore un bout...il pleut trop ou ça grimpe encore par là-bas..." au 80ème km on lui dit qu'il faut quand même qu'il nous dépose....surtout qu'il a tout le retour à faire ! ;-) Belle rencontre :-D il nous reste 50km avant le Puy-en-Velay et il est 11h30 :-D Arrivée au Puy vers 16h où on dort cette nuit dans un petit hôtel :-D Demain c'est reparti! On va suivre les chemins de Compostelle :-D

Puy-en-Velay-Saugues:jour7-52km – 1ère nuit à 6°C
Réveil peu matinal... après une nuit de grosses pluies on est content de se réveiller dans un bon lit et au chaud. On profite de la chambre jusqu'à 11h ! 2ème lavage de cheveux...il y a un sèche-cheveux :-D denrée rare.... On packte le matos (1h - 8 sacoches) et pour ceux qui ont déjà voyagé avec certains il y a une certaine tendance à l'étalement....la chambre a vite été envahie par TOUTES nos affaires...un vrai capharnaüm avec une tente qui sèche à la fenêtre! Rapide mais efficace tour de ville. Le Puy-en-Velay est le point de départ d'un des chemins menant à Compostelle, la Via Podensis ! Ça nous titille et on décidera plus tard de partir sur la route de Compostelle mais à notre façon. On visite la magnifique cathédrale classée au patrimoine mondial de l'Unesco et perchée au sommet de la ville (on évitera tous les escaliers qui y mènent en empruntant la seule et unique ruelle ;-) La ville est entourée d'une étonnante statue (notre dame de France) et d'un petit bijou d'art roman à Aiguilhe, la chapelle Saint-Michel perchée au sommet d'un rocher volcanique de 82m.....ambiance particulière !:-D

On prend la route en direction de Compostelle avec comme première étape Saugues....première surprise...ça grimpe, ça bosse et on n'a plus d'eau dans nos gourdes...halte après 5km à Bains. Nos gourdes sont gentiment remplies par une dame ayant vécu 8 ans à.... Lausanne, étonnant! Notre léger accent et nos "volontiers" à tout va nous auront trahis... On se remet en route, il est 14h...on ne cachera pas que le climat est pas des plus faciles...alternance entre chaud et froid, dès que le soleil est là ça tape mais par contre dès qu'il s'en va....brrrrr on caille! Alors on s'habitue à enlever, remettre, enlever, remettre, enlever, remettre notre k-way...on taira le nombre exact de fois...Après de nombreux vallons dont 2 cols 1100m de dénivelé on arrive finalement à Saugues où tout est fermé, il est 18h30 et il fait froid...on est à 960m. Le camping municipal est ouvert bien que désert! 6,50 euros la nuit pour toute l'équipe avec une douche chaude! On embarque le tandem et le chargement directement dans les sanitaires. La tente sera plantée de nuit et la cuisine (une soupe) vite préparée à la frontale. On sent que l'on va bien dormir mais qu'il faudra bien s'habiller avec nos sacs de couchage confort +15°C, les thermiques, bonnet et chaussette en laine seront indispensables !
 Saugues - Nasbinals : jour 8 - 72 km – Coupe de champagne à la Petite Ferme et re-rencontre improbable avec Stéphane & Caroline
Réveil matinal...brrrrrr...il n'a pas fait très chaud! Hophophop une petite douche chaude pour se réchauffer...on plie et surprise l'allée du camping s'est transformée en tournoi de pétanque! "Tu tires ou tu pointes?" accompagne la fin de nos rangements ;-) C'est reparti pour 1km...où on s'arrête dans une crêperie pour le petit déj, miam une crêpe au Nutella (on a bien pensé à Matthieu!). 2h de route, temps couvert, légère bruine, les paysages se ressemblent beaucoup et varient peu. Un continuum de côtes auvergnates qui n'ont rien à envier à nos côtes jurassiennes  :-) Midi on s'arrête à la Petite Ferme, pour un repas fin gastronome. Le budget explose un peu et nos estomacs aussi, mais ça fait du bien au moral! On y rencontre Christian, le Chef. Il nous offre une coupe de champagne pour mieux repartir...ou pas... :-D Il nous raconte qu'il a déjà eu des haltes inattendues à son restaurant...notamment un suisse qui était parti pour un tour du monde en....dromadaire, Goliath! Aaaah ces suisses de drôles de zigotos! Il était suivi par une escorte vétérinaire et n'avait comme unique choix que le camping sauvage à cause du dromadaire! Nous on n'a pas de dromadaire, hein? A une trentaine de km de Nasbinals un camping car s'arrête en bord de route et qui voit-on en sortir...la famille Couturier, Stéphane, Caroline et leurs enfants qui étaient en visite dans le coin! Fou! On en profite pour faire les photos que nous avions oublié de faire :-D Arrivée à Nasbinals vers 19h, étape dans un gîte pour la nuit...
 Nasbinals - St-Parthem : jour 9 - 120km – Rencontre avec la vallée du Lot…
Ouach nuit mouvementée...le test nuit dans un gîte de pèlerins est fait! La Grappière on s'en souviendra! Bien que les pèlerins fort sympathiques, notamment deux dames de la cinquantaine et une St-Galloise, ces messieurs par contre...ont eu une forte tendance aux ronflements....alors on sait maintenant qu' Edgar ne fait PAS d'apnées du sommeil...il a participé au concerto à un moment donné...de doux ronflements de bébé que je n'ai jamais autant aimés :-D :-D on distribue quand même nos cartes et on reprend la route. Nos pèlerins feront une étape à 16km qu'on dépassera après 30min de vélo...on monte, passe un col il fait froid...le compteur affiche 5°C....les surchaussures auraient été les bienvenues mais elles sont au fond du sac et y resteront...! Edgar passe le col en short et t-shirt, pour ma part on ne voit que mes yeux cachés derrière mes lunettes! ça caille mais les paysages sont magnifiques! On se croiraient en Ecosse et la lumière du matin est superbe, il est 8h30 au sommet du col :-D 10km de descente nous attendent....brrrr....un petit chocolat chaud nous réchauffe en bas et on repart. Mauvaise surprise...une déviation nous empêche de rejoindre la vallée du Lot (où de longs bouts plats nous attendent) et on doit remonter! :-/ Un sympathique col à 10% nous casse les pattes! :-D Aaaah ben ça fait du bien de faire du sport, du vrai cette fois-ci! On est tout de même contents de redescendre et on s'assure que la déviation est belle et bien finie dans cette direction. On arrive au Lot et on le longe, le longe, le longe....On avait entendu de nombreuses fois : "Ah la vallée du Lot, magnifique! Vous verrez c'est magnifique!" ben....comment dire....c'est ch... ce Lot!!! A gauche des arbres, à droite des arbres...monotone au possible ! On fait une halte à Conques, magnifique petit village perché dans la montagne et finalement halte dans un camping ouvert à St-Parthem, wifi, eau chaude que du bonheur :-D
St-Parthem - Vers : jour 10 - 85km – La chocolatine aux amandes
Réveil dans l'humidité....il a fait froid!!!! Avec nos sac de couchage confort +15°C on est mal on est mal....on testera la prochaine nuit les sous matelas en alu :-) On profite du wifi et du petit déjeuner proposé par Patrick un hollandais qui tient le camping avec sa femme (unique camping ouvert de nombreux km à la ronde...) et on prend la route vers...11h45! C'est tard, on n'est pas en avance sur notre programme du jour, rouler jusqu'à Cahors à 130km. On s'engouffre dans la vallée du Célé une autre rivière qui est aussi magnifique et belle que le bord du Lot....pareil des milliers de feuillus nous accompagnent pendant de nombreux km....argh les vallées du Lot et du Célé on va s'en souvenir! CertainE redoute les Landes et leurs forêts de pins à venir. On fait une halte à Figeac, jolie petite ville où on découvre les chocolatines aux amandes....miam! Une photo suivra ;-) Il est bientôt 18h et Cahors est encore à 20km...on décide de chercher un endroit où dormir...le camping municipal de Vers fera notre affaire! Il n'est pas ouvert mais 3 caravanes s'y sont mises. Hophop on s'installe vite, la cuisine se fera de nuit et vite au lit!

Vers - Trentels  : jour 11 - 80km Forme : genou douloureux
Bonne nuit! Très calme malgré quelques appréhensions nocturnes d'un Lot en débordement (Edgar me disait qu'il n'y avait pas assez de bruits animaliers pour m'inquiéter alors j'ai trouvé autre chose...:-) la nuit fût longue, 11h de sommeil! On démarre en direction de Cahors où on fait une rapide halte pour acheter une carte de l'Aquitaine! On nous conseille de passer par les "hauts" et éviter le Lot et son trafic routier :-D ça bosse, en haut, en bas...le genou d’Edgar tire un peu malgré les étirements...à surveiller! On retrouve les paysages que l'on aime, vallons, fermes et même quelques vaches (on découvre qu'on est pas Suisses pour rien!). On est actuellement à Trentels pas loin de Villeneuve sur Lot dans un camping fermé mais que l’adjoint du maire a ouvert pour nous :-D incroyablement gentil :-) il nous a donné les clés du bureau pour avoir un accès à internet quand on veut, douche chaude (aaaah les cheveux sont propres, ils risquent d'assez vite être coupés...c'est pas évident cette tignasse!) et lessive avec sèche-linge! Le grand luxe :-D Là Edgar cuisine sous le porche (on a même un porche) pendant que je vous écris et il salue les rugbymen qui viennent jouer au terrain d'à côté...je crois que je vais aller le rejoindre :-D :-D

Trentels – Barbotan-les-Thermes : jour 12 – 115 km – Les Landes et leurs bosses

Départ matinal, vers 9h30 on enjambe le tandem, direction Mont-de-Marsan et les Landes. Il paraît que c’est plat ces forêts de pins…tu parles ! Que et rien que des bosses… :-/ on peste un peu…en plus il fait froid ! On roulera 115 km et nous ferons notre halte pour la nuit à Barbotan-les-Thermes…Thermes uniquement accessibles pour les gens en « cure »…on n’a pas droit nous malgré nos muscles hyper sollicités ? Pas de camping ouvert, on dormira dans un petit hôtel où son propriétaire ainsi que ses deux pensionnaires « toupies » font un peu peur….heureusement qu’il y a Barbotine, un petit cocker pour rassurer certaine ! On dormira tout de même dans nos sacs à viande….On testera le foie gras du Gers avec une bonne petite confiture de figues chaude, miam un régal !

Barbotan-les-Thermes – Biarritz : jour 13 – 45km vélo, 120km en train – La SNCF – Nuit au petit hôtel Parc Mazon

On est presque retapés ! Moins de douleurs musculaires mais le genou d’Edgar titille encore un peu…on part en direction de Mont-de-Marsan où l’on arrive vers 13h après 45km. Cette jolie ville sera la dernière avant le Pays Basque. Entourée de route départementale à deux pistes, on décide de prendre le train pour se rendre à Biarritz. Billets en poche on enfile notre tandem dans un train régional qui nous mènera à Morcenx un peu plus au nord. Petit coup de gueule avec la contrôleuse du train qui nous dit que les tandem sont interdits dans les trains en France ! Un brin étonnés vu que l’on nous a vendu des billets tout en sachant que nous avions un tel engin…petit clin d’œil à notre précédent voyage en Italie où les tandems étaient aussi interdits dans les trains italiens. Elle respire l’antipathie et on sent bien que cela ne vaut pas la peine de s’énerver…elle nous répète 4 fois qu’elle nous avertit que cela est interdit et que c’est la dernière fois que nous prendrons le train avec ce tandem en France. Elle ne sait pas à qui elle a à faire et je ne peux m’empêcher de lâcher un « on verra bien » ! Une heure plus tard toute l’équipe de la Roue des Rêves est dans le train pour Biarritz ! Un chef de gare et un contrôleur hyper sympathiques qui nous aideront même à monter nos sacoches dans le train, tout en discutant voyage ! Pas un mot sur le règlement SNCF et ses interdictions….On se demande si c’est la même compagnie…de surcroît ce train est un direct et il y a nettement moins de place. On a le sourire et on se réjouit d’arriver à l’Océan ! On arrive juste pour le coucher de soleil, magnifique ! Halte pour la nuit à l’hôtel Parc Mazon, qu’on ne peut que recommander tant par la propreté de l’endroit, la sympathie de ses nouveaux propriétaires, son petit déjeûner et son excellent rapport qualité prix ! 

Biarritz – Biarritz : jour 14 – 2km – jour de pause – Camping Ilbarritz

Ah une bonne nuit de sommeil !!!! Requinqués on fait un tour de ville et on devient vite l’attraction de tous les touristes de cette station balnéaire. Etonnant…première fois que l’on suscite autant d’intérêt ! « Waow t’as vu ce tandem ! » :-D les gens s’arrêtent et nous demandent où nous allons. « Bonne route ! Bon courage ! Quel beau projet ! » Après quelques séances photo en bord de mer, on part en direction de l’Espagne. Il fait doux, 19 degrés. A la sortie de la ville, on passe devant un camping ouvert et on décide d’y faire notre 1er jour de pause !!!! :-D 

Biarritz – San Sebastian : jour 15 – 73km – Camping au Monte Igueldo

Le premier jour de pause a en fait plutôt été une demi-journée ;-) on file vers 10h30. Petite halte pour acheter le p’tit déj et surprise on tombe sur un cyclo ! Keith, qui roule en cycling back to England. Super sympa ! Il n’en est pas à son premier voyage en vélo…été en Inde, rêve de faire la Pamir Highway comme certain ;-) et planifie un trip de 2-3 ans pour rejoindre l’Alaska à la Terre-de-feu ! Là il s’en vient de…Suisse où il a sa copine et où il a travaillé qlqes mois à l’alpage (c’est marrant mais il semblerait que les gens de la terre serait plus enclin à aimer ce type de voyage…bon déductions après 3 observations… J  Il nous glisse secrètement qu’une fois qu’on a goûté à ce type de voyage on a chopé le virus et on veut sans cesse repartir…pas besoin de tourner la tête pour voir qu’à côté de moi les yeux brillent et que cela ne sert à rien de prêcher à un convaincu ! :-D On échange encore quelques mots, des photos et on se dit à tout à l’heure. Il va en direction de Bilbao pour prendre son ferry à Santander dans 3 jours. En effet, quelques km plus loin on se recroise et on essaie de faire un bout de route ensemble mais nous allons plus vites, Keith a une remorque et dans les bosses ça peine… « a sad story » comme il se plait à dire non sans sarcasme ;-) Wouhou on franchit la frontière espagnole après Hendaye, Irun ! On est toujours en Pays Basque mais on sent tout de même la différence dès le premier arrêt à une station-service… « Hola, %&ohç%*/& !?....Euh…si si… » Va falloir se mettre à l’espagnol ! Edgar (qui est souvent envoyé gentiment au casse-pipes…) revient tout de même avec une carte (una mapa). On décide de longer la côte atlantique jusqu’à San Sebastian où on arrive vers 17h, les jambes explosées par les bosses….en regardant par après le profil de cette étape Biarritz - San Sebastian on comprend mieux pourquoi…Nuit dans les hauts de San Sebastian.

San Sebastian – Ea : jour 16 – 80km – Wild camp

On décide de continuer à longer la côte Atlantique. De magnifiques paysages nous attendent…il y a moins de bosses pour la première partie de journée, on part sur Orio, Zarautz, Deba, Mutriku, puis Ea. On est vraiment dépaysé, même avec notre plus bel espagnol les panneaux basques auront raison de nous J Ce soir ce sera camping sauvage ! Quelques champs qui ont l’air sympa…avec une vue plongeante sur l’océan, le lever de soleil jamais espéré, mais il ne fait pas encore assez sombre…finalement on trouve un chouette coin et on décide de demander tout de même aux gens du coin si c’est ok… : « Se puede hacer camping aqui ? Camping libre ? » on nous dit « sin problema ! ma frieo y blablabla%&ç/(** ?!… » en gros ça pose pas de souci mais il peut faire froid avec l’air de l’océan droit en face…en bons Suisses on se dit pas de problème on vient de la montagne et les températures basses ça nous connait depuis le début du voyage ! On installe le réchaud, on fait un brin de toilette (on trouve qu’il y a finalement pas mal de passage sur une route juste en face, déjà 6 voitures) et là un paysan vient vers nous et nous propose de plutôt venir chez lui où l’herbe n’est pas encore coupée donc mois humide. On accepte, on mange en 2 temps 3 mouvements nos pâtes qui ont macéré dans l’eau tiède (quelques soucis avec le réchaud…) et on le suit. Il nous raconte qu’il part dans la nuit ou très tôt demain matin au Portugal pour justement faire du vélo. Sa maison est au bout d’un chemin dans lequel on avait hésité à planter la tente 1h avant. Il nous propose son champ face à la mer ! Demain matin rien à faire de plus que de refermer la clôture qui est cadenassée (on se demande bien pourquoi d’ailleurs…) parfait ! On s’installe rapido, la nuit nous guette et hop au lit !

Ea – Bilbao : jour 17 – 52km – Hôtel Rita

Brrrrr une petite frayeur pendant la nuit à cause du vent qui faisait flapper un cornet laissé sur le guidon du tandem et s’engouffrait sous la tente pas assez tendue…après avoir sorti le museau et réalisé que ce n’était que le vent la fin de nuit fût plus paisible J  On croise avant de partir notre ami qui à voir n’est toujours pas loin. Il nous conseille d’éviter Bilbao et partir plutôt sur Vitoria-Gasteiz où le trafic est moins dense. On entend mais on décide de quand même aller voir cette ville de Bilbao. L’architecture de son musée Guggenheim nous attire J On passe donc un premier col à….90m ! Puis on se lance sur une nationale qui nous mènera jusqu’à Bilbao. Il pleut…c’est pas terrible, il y a beaucoup de camions et ça bosse ! On se sent toutefois en sécurité car contrairement à chez nous en Suisse ici les automobilistes sont très prudents et tiennent un bon 2,5 m de distance. On teste pour midi un relais routier ! 8 euros entrée, plat et dessert boissons incluses, plus que correct ! :-D Arrivés finalement à Bilbao vers 16h…vue plongeante sur la ville depuis un pont et qui voit-on en train de rouler aux abords du Guggenheim ? Keith !!!! On se suit de près J Malgré le ciel maussade, on file faire quelques photos « touristes » devant le musée. A nouveau on est un peu l’attraction et notre tandem se fait prendre d’assaut par un trio vietnamien. On parle du voyage, échange nos cartes et on promet de les appeler lors de notre arrivée à Hanoi en mars 2014 ! Sympa ! :-D Un peu plus loin on croise un autre cyclo Italien qui rejoint Santiago de Compostella. Puis non loin de là, sur un banc, Keith ! Il a l’air sec…(on trouvait déjà qu’il avait l’air sec le premier jour et on avait pas trop de peine à nous imaginer ainsi à 1 mois de notre retour en Suisse…) mais là il a l’air raide. On a fait le même trajet…on doit être tout aussi raide ! Il part ce soir en train pour Santander où son ferry l’attend demain. On prend un petit hôtel pour la nuit, la douche suite au camping sauvage ne sera que meilleure, et hop petit tour de ville ! Super expo d’Antoni Tapiès au Guggenheim, en tout cas de l’extérieur, et l’ambiance de la ville est chouette ! Plein de petits bars à tapas dans un desquels on s’enfile d’ailleurs ! Et hop p’tit verre de vin ! Le premier depuis la ferme Waber à Sens-sur-Seille, ça fait plaisir :-D

Bilbao – Angosto par le col de Orduna : jour 18 – 73km – Camping

Y en a marre de ces bosses et c’est faux plats on veut quelque chose de costaud ! On part donc en direction de Llodio pour se lancer dans le col d’Orduna. Moyenne à 10% et une dizaine de km, 1200m de dénivelé. Après s’être embarqués sur un début d’autoroute on est rattrapé par un cycliste qui nous indique par où passer pour prendre le début du col. Il est 16h…le soleil est caché derrière des nuages mais ça tape quand même (23°C)! On tombe le maillot pour éviter de ruiner nos derniers t-shirts propres et secs J et on se lance dans l’ascension ! Pfiouuuu ça commence bien avec un panneau annonçant un 14%....les virages sont serrés et bien pentus ! 10km ça va ce n’est pas trop long donc on s’encourage ! Edgar m’avouera à la fin que c’était tout de même un col assez difficile…on est au sommet wouhou !!! La descente dans la vallée est super agréable, on quitte le Pays Basque pour passer en Castille-et-Léon, vallonné et assez aride. On voit un panneau camping à Agosto à 15km du pied du col et on le suit sans grande conviction…surprise….en arrivant le portail de loin semble fermé mais on y voit de l’autre côté quelqu’un qui  l’air de sortir des douches…on va voir et le camping est bel et bien ouvert ! Un couple d’Anglais à la retraite qui voyagent en camping car (argh ces camping cars ils nous auront fait et feront certainement encore envie le long de notre périple !), ils nous disent que c’est ouvert il suffit juste d’appeler le gérant qui vient rapidement. On découvre qu’il y a tout le confort qu’un camping peut apporter mais qu’en plus il y a…..une piscine et un sauna ! Il nous laisse la clé pour la piscine en nous disant qu’elle est à 30°C !!!! Ni une ni deux on file dans l’eau ! Ahhhh ça quel bien ça fait ! Nos muscles n’auront jamais été autant relâchés ! La suite de la soirée est un peu moins chouette car notre réchaud à essence nous lâche et on en est réduit à jeter nos pâtes à moitié cuites et imbibées de vapeurs d’essence…notre repas sera donc un cake…heureusement que nous l’avions oublié au fond du sac et pas dévoré en haut du col !!! Repas un peu chiche mais douce nuit.

Angosto – Valladolid : jour 19 -  200km de train, et 25km vélo

On rejoint Miranda pour prendre le train en direction de Valladolid. Arriver le 20 à Madrid nous permettrait de faire plusieurs jours de pause en famille et ça nous dit bien :-D Hop le tandem passe sans trop de problème dans la « coche tres » où il y a habituellement les vélos. Après 2h30 de train on arrive à Valladolid…on aurait mis 2 jours….assez grisant ! Très belle ville qui nous accueille avec un charmant soleil. On panifie l’étape du lendemain qui sera Segovia pour 2 jours de pause (les vrais premiers…)

Valladolid – Segovia : jour 20 – 120km, vent…

On avait prévu un départ vers 8h30 pour être à Segovia à 13h et ainsi y diner tranquillement….les marmottes ne se sont levées que bien plus tard….départ à 11h30 ! Une  bonne centaine de km nous attend…cela devait être plutôt plat après avoir checké sur mon intinéraire.com…ça l’est mais par contre un vilain vent de face nous surprend dès 14h….on diminue de moitié notre vitesse…pas évident pour le moral, ça use ce vent ! On ne lésine pas sur les pauses qui nous permettent souvent de repartir de plus belle. On arrive à 20h à Segovia, HS. Une taverne avec un bon menu du jour une petite bouteille de vin aura raison de nous ! On évitera de raconter le long détour de 7km pour arriver devant les portes d’un camping fermé, puis les différents aller et retour dans la ville blindée de gens (on est le week-end !) avec notre tandem chargé pour trouver un endroit où dormir…on a trouvé un chouette petit nid et on y est jusqu’à dimanche avant de faire notre dernier col espagnol nous menant sur Madrid !

Commentaires (2)

1. Arlenevak 23/07/2017

Revolutional update of SEO/SMM package "XRumer 16.0 + XEvil 3.0":
captchas recognition of Google, Facebook, Bing, Hotmail, SolveMedia, Yandex,
and more than 8400 another subtypes of captchas,
with highest precision (80..100%) and highest speed (100 img per second).
You can connect XEvil 3.0 to all most popular SEO/SMM programms: XRumer, GSA SER, ZennoPoster, Srapebox, Senuke, and more than 100 of other software.

Interested? There are a lot of impessive videos about XEvil in YouTube.
See you later ;)


XRumer20170721

2. Arlenevak 22/07/2017

Revolutional update of SEO/SMM package "XRumer 16.0 + XEvil 3.0":
captchas solution of Google, Facebook, Bing, Hotmail, SolveMedia, Yandex,
and more than 8400 another types of captcha,
with highest precision (80..100%) and highest speed (100 img per second).
You can connect XEvil 3.0 to all most popular SEO/SMM software: XRumer, GSA SER, ZennoPoster, Srapebox, Senuke, and more than 100 of other programms.

Interested? There are a lot of impessive videos about XEvil in YouTube.
Good luck ;)


XRumer20170721

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau