Articles

On parle de nous dans la presse !


Sans titre

http://www.leregional.ch/data/dataimages/upload/editionpdf/720.pdf

Rêves en tandem - 20-27 août 2014

Partis le 29 septembre 2013 de Pully, Julie et Edgar ont réalisé un tour du monde de près de 15'000 km à la seule force de leurs mollets. Une aventure riche en surprises et en rencontres. Récit.

Le couple de cyclistes Pulliérans n'a pas ménagé ses efforts pour porter son tandem au sommet du col Aso au Japon.DR

Voyage autour des rêves

De quoi rêvent les Péruviens? Et les Thaïlandais? Les Finlandais? Une question à laquelle Julie et Edgar Haldimann-Sandell ont tenté de répondre en sondant les habitants qu'ils croiseraient sur leur route. «L'idée de ce tour du monde était aussi de faire un reportage sur les aspirations qui animent les peuples d'ici et d'ailleurs», explique le couple. Mais les Pulliérans ont vite déchanté. «Nous étions surpris de constater que les gens s'osent pas forcément confier leurs rêves, par pudeur ou par peur du ridicule.» A force de persévérance, les globe-trotteurs sont tout de même parvenus à mettre en boîte quelques «perles» qu'ils présenteront prochainement au public.

Tout est parti d'un jeu. Ou plutôt une liste, celle de leurs rêves. Et une évidence: Julie et Edgar Haldimann-Sandell feront le tour du monde en tandem. Le 29 septembre 2013, les Pulliérans enfourchent leur monture pour un périple de dix mois aux quatre coins du globe. «Le plus dur, c'est d'oser partir. Une fois sur la route, on se laisse porter par l'euphorie du voyage et on oublie tout», remarque Edgar, 28 ans. Le couple choisit de partager son expérience sur un blog au nom évocateur, «La roue des rêves», qui a rencontré un succès fou. Après avoir traversé la Suisse, la France et l'Espagne, les cyclistes atterrissent en Amérique du Sud, qu'ils prévoient de sillonner plusieurs semaines durant. Quand un imprévu vient tout chambouler. «Au Pérou, j'ai commencé à avoir des ennuis de santé. Alors nous nous sommes résolus à rentrer en Suisse», confie la jeune biologiste de 34 ans. Le voyage aurait pu s'arrêter là. Mais il en fallait plus pour les faire renoncer à leur rêve.

Tandem à trois

Un mois plus tard, le couple repart à l'aventure et s'envole pour la Nouvelle-Zélande, un véritable coup de cour. «Nous avons découvert des paysages incroyables où les plages de sable fin côtoient les pâturages, les forêts de pins et les sommets enneigés. C'était tout simplement magique!» Les adeptes de petite reine poursuivent leur périple en Australie avant de rejoindre l'Asie. Entre bivouac en plein air, accueil chez l'habitant ou hôtel bon marché, le tandem traverse la Thaïlande, le Cambodge, le Vietnam, la Chine et le Japon, où une heureuse surprise les attend. «Nous avons découvert que j'étais enceinte. Mais nous voulions aller jusqu'au bout», sourit Julie que rien ne semble arrêter. Ce qui la motive? «Les rencontres. Elles sont éphémères mais riches et émouvantes. On voit que le tandem facilite le contact avec les gens. Ils sont surpris, s'intéressent à nous, nous encouragent. C'est ce qui m'a le plus touchée», se souvient la jeune femme.

L'aventure continue

Au fil des trajets et des rencontres, le couple expérimente la diversité des cultures, pour le meilleur et pour le pire. «En Chine, les gens n'osent pas dire «non» par peur de perdre la face. Quand nous demandions notre chemin, ils préféraient nous indiquer une fausse direction plutôt que de nous avouer qu'ils ne savaient pas. Ce qui a donné lieu à quelques malentendus, rigole Edgar. Après l'Asie, les cyclistes visitent encore la Russie, la Scandinavie, la Finlande et l'Allemagne avant de rentrer en Suisse, où un comité d'accueil les attendait le 26 juillet dernier. «Même si nous étions heureux de revoir nos proches, le retour était difficile. Les premiers jours, nous avons renfourché notre monture pour retrouver cette sensation de liberté», confient les cyclistes. Piqués par le virus du voyage, ils envisagent d'ailleurs de reprendre la route dans quelques années. Pour l'heure, c'est un autre rêve que les deux jeunes Pulliérans s'apprêtent à réaliser, celui d'unir leur vie, ce sera le 20 septembre prochain.

Clémentine Prodolliet

Region nord vaudois

http://www.laregion.ch/dix-mois-de-reve-en-tandem/

Dix mois de rêve en tandem - 25 septembre 2013

Julie et Edgar Haldimann-Sandell s’apprêtent à prendre la route pour un tour du monde à la force de leurs mollets, histoire de réaliser un rêve commun et de découvrir ceux des personnes qu’ils rencontreront.

L’heure du grand départ est imminente pour le couple, qui s’est marié vendredi dernier.

«Dans la vie, tu as deux choix le matin : soit tu te recouches pour poursuivre ton rêve, soit tu te lèves pour le réaliser.» Entre les deux options énoncées par l’auteur inconnu de cette citation, Julie et Edgar Haldimann-Sandell ne tergiversent guère. Un soir, ils se prêtent au petit jeu de coucher sur papier la liste exhaustive de leurs rêves. Un peu plus tard, en les comparant, ils constatent qu’elles se recoupent en plusieurs entrées. Dont une qui s’impose en exergue : «Effectuer un voyage au long cours.» Quelques mois passent. Dimanche, à 9h, ils s’élanceront de Baulmes pour un périple autour du monde de dix mois, en tandem.

Le projet paraît un peu fou ? Edgar Haldimann-Sandell (28 ans) a toutefois un vécu qui lui permet de l’aborder sereinement. Il y a quelques années, il a rallié Pékin, de Lausanne, en vélo et en solitaire. Une expérience qu’il évoque encore avec une étincelle dans les yeux, et qui a inspiré celle à qui il est désormais marié, au point de faire du déplacement en deux-roues le premier des trois leitmotivs de leur aventure à venir, même s’ils emprunteront aussi d’autres moyens de transport. «Le vélo permet une immersion progressive dans un pays, on n’y est pas catapulté», explique Julie Haldimann-Sandell (33 ans). Edgar complète : «Il y a les odeurs, les bruits et la sympathie des gens qui te voient passer. Autant de choses à côté desquelles tu passes si tu es derrière une vitre, dans une voiture ou autre.»

La transition est faite : le deuxième axe fort autour duquel le couple a imaginé son voyage est le partage. Entre eux, bien sûr («quand tu es seul et que tu arrives dans un endroit magnifique, tu regardes, tu prends une photo et tu repars ; à deux, c’est plus facile de s’émerveiller», glisse Edgar), mais aussi avec tous les gens qu’ils ne manqueront pas de croiser pendant ces dix prochains mois… et après. Ainsi, ils envisagent de donner des conférences pour tout raconter et montrer le matériel photo et vidéo qu’ils auront récolté.

«Le vélo permet une immersion progressive dans un pays, on n’y est pas catapulté.»

Leur album photo de vacances en live ? Plus que ça, en fait : ils partent avec une ambition humblement documentaire. Puisque leurs rêves les ont menés à parcourir le monde, ils souhaitent découvrir ceux qui animent les habitants des quatre coins de la planète. Un troisième fil conducteur de leur aventure qui lui a d’ailleurs donné son nom : «La roue des rêves».

Bien sûr, à un moment donné, il s’agit de dépasser le stade de la vue de l’esprit et de se préparer concrètement. Pas une sinécure pour un projet aussi ambitieux. Et s’ils s’apprêtent à pédaler pendant dix mois, le côté «sportif» de l’épreuve n’est pas celui qui les inquiète le plus. Pas forcément étonnant : Edgar est un athlète accompli, qui a participé à plusieurs ironman ; Julie pratique la course en montagne, le marathon, et envisage de se mettre au triathlon longue distance.

Non, l’aspect le plus astreignant de la préparation a été administratif : sous-louer leur appartement, s’organiser professionnellement (tous les deux vont retomber sur leurs pieds dès leur retour), réunir le budget nécessaire (notamment grâce au soutien de nombreuses personnes), acheter tout l’équipement nécessaire et planifier leur… mariage.

Comme un sympathique pied de nez à ceux qui leur disaient que leur tour du monde ferait office d’épreuve ultime pour leur couple, ils se sont unis au civil vendredi dernier, tandis que la cérémonie religieuse aura lieu le 19 septembre prochain, soit une année -pas comme les autres- plus tard, jour pour jour.

Voyageurs dans l’âme, sportifs, grands curieux du monde qui les entoure, Julie et Edgar Haldimann- Sandell s’apprêtent à vivre une aventure inoubliable. Retour à notre citation : l’option sur laquelle les deux amoureux s’entendent n’est même pas énoncée par son auteur anonyme. Eux, le matin, ils se lèvent… pour poursuivre leur rêve.

 

24 pays traversés

En préparant leur périple, Julie et Edgar Haldimann- Sandell ont, dans un premier temps, dressé une liste de quarante pays qui les attiraient. Finalement, elle a été ramenée à 24, afin que le voyage puisse être réalisé en dix mois.

Ils commenceront par pédaler jusqu’à la péninsule ibérique. Ils prendront ensuite l’avion jusqu’au Pérou, d’où ils traverseront plusieurs pays d’Amérique du Sud. Ensuite, un nouveau vol leur permettra de découvrir la Nouvelle- Zélande pendant un mois, avant, encore par la voie des airs, de gagner la Malaisie. De là, ils parcourront l’Asie du sud-est et la Chine, puis partiront au Japon, avant de revenir vers l’Europe par le biais du Transsibérien. Ils reviendront en Suisse après un dernier crochet par la Scandinavie.

 

Pour suivre leur périple: www.la-roue-des-reves.com


Sans titre

http://www.leregional.ch/N52140/de-pully-a-tokyo-en-tandem.html

De Pully à Tokyo en tandem - 19 septembre 2013

Aventure - Un couple de Pulliérans va réaliser son rêve: effectuer un tour du monde en tandem. Dix mois pour parcourir 24'000 km aux quatre coins de la planète.               

Au poids du tandem, 29 kg, s'ajouteront 40 kg de bagages qui rempliront quatre sacoches, avec  tente, matelas, pompe à eau, nourriture, matériel de cuisine et matériel de vidéo.

Ils partiront le 28 septembre 2013 de Pully et seront de retour en juillet 2014 pour préparer leur mariage religieux. Entre-temps, Julie et Edgar Haldimann-Sandell vont vivre une expérience inoubliable. Un projet fou, celui de faire 24'000 km autour du monde sur un tandem. Durant plus de 10 mois, ils vont sillonner l'Amérique du Sud, l'Europe, l'Asie et l'Océanie, découvrir les grands espaces et aller à la rencontre des populations. «Nous n'avons pas la prétention d'amener du savoir-faire ou du savoir-vivre, explique le jeune couple. Notre but est surtout de faire découvrir aux gens de chez nous comment d'autres, dans différentes cultures, climats ou situations, vivent». Joliment baptisé «La roue des rêves», le périple des jeunes Pulliérans pourra être suivi via un carnet de bord, des photos et des vidéos sur internet. Ainsi qu'à leur retour lors de conférences dans les écoles et EMS qui les auront suivis.

Curiosité et émerveillement

Julie, biologiste, et Edgar qui travaille dans le domaine de l'énergie n'en sont pas à leur coup d'essai puisqu'ils ont déjà réalisé un voyage en tandem de Lausanne à Florence l'année dernière. «Nous avons été étonnés par les gens qui sont très curieux, relève Edgar. Le tandem suscite l'émerveillement et stimule les rencontres aussi». La petite reine ne sera toutefois pas le seul moyen de transport que le couple empruntera. «Nous voulons privilégier le vélo mais nous ne sommes pas des puristes. Nous allons prendre le bateau et ce n'est pas exclu que nous prenions d'autres transports»

A 5000 m d'altitude

Tente, matelas, pompe à eau, nourriture, matériel de cuisine et matériel de vidéo rempliront quatre sacoches. Environ 40 kg auxquels il faut encore ajouter le poids du tandem, 29 kg. Mais les voyageurs sont décidés. «Personnellement, j'ai toujours eu envie de faire un tour du monde, confie Julie. Avec mon père nous faisions des voyages sac à dos. Après, je ne suis pas forcément à l'aise seule sur un vélo, mais un tandem permet de niveler les forces et les faiblesses» Du côté d'Edgar, on sent que le parcours en vélo l'a séduit dans cette aventure. «J'ai déjà réalisé 12'500 km à vélo en ralliant Lausanne à Pékin, je garde des souvenirs inoubliables, des magnifiques rencontres, des moments de doute et d'euphorie. En rentrant j'avais déjà envie de repartir!». Sportifs tous les deux, leur connaissance de leurs limites physiques sera sans doute un atout majeur dans leur périple, particulièrement lorsqu'ils sillonneront la Cordillère des Andes à près de 5000m d'altitude.

Suivez leur périple: «La roue des rêves»,www.la-roue-des-reves.com

Zoé Decker


Cooperation


http://www.cooperation-online.ch/Tout+laecher+pour+voyager

Quatre expériences de Romands globe-trotters - 19 novembre 2013

Julie Sandell (33 ans) et Edgar Haldimann (28 ans), en tandem autour du monde. Ces deux habitants de Pully (VD) sont partis fin septembre pour dix mois sur un vélo tandem. Ils ont prévu de pédaler sur 24 000 km dans vingt-deux pays et de se marier à leur retour en Suisse. Ils sont actuellement au Pérou. Ils ont choisi de quitter la Suisse pour un temps déterminé afin de réaliser un rêve: «A travers ce voyage, nous cherchons à nous émerveiller face aux différences culturelles et aux paysages. Nous souhaitons partager ce que nous vivons avec un maximum de gens, leur permettre de rêver avec nous et de sortir de leur quotidien.» Leur carnet de voyage sur: www.la-roue-des-reves.com